Le media social et solidaire du travail et de l’emploi

Accueil > Agenda > Débat à l’Atelier. "Les banques coopératives : Des faits qui nous posent (...)

Débat à l’Atelier. "Les banques coopératives : Des faits qui nous posent question" (Paris)

mardi 10 mars 2009

Organisateur(s)


Organisateur principal : L’Atelier
Téléphone : 01 40 38 40 38

Évènement


Date de début : 10/03/2009
Heure éventuelle : 20h-22h
Région et département : Région Ile de France -> Paris (75)
Ville (Si besoin) : Paris 10ème, 8-10 Impasse Boutron (métro Gare de l’Est)

Description précise
Avec :
- Michel Abhervé, Université de Marne-la-Vallée
- Nadine Richez-Battesti, Université Aix-Marseille II
- Marcel Hipszman, INAISE
- Hervé Defalvard, Université de Marne-la-Vallée

Dans leur article sur les banques coopératives à l’heure de la crise financière et économique, Pierre Dubois et Michel Abhervé pointent un certain nombre de faits à leur égard qui leur posent question en tant que sociétaire : dérive vers des activités de marché, gouvernance de type valeur pour l’actionnaire, acquisition tous azimuts dans le grand casino de la finance, culture de l’argent facile avec des produits à haut rendement, plan social pour baisser les coûts, pertes financières, etc.

Comment les dirigeants des banques coopératives sont-ils devenus des acteurs de la finance capitaliste ? N’y aurait-il que le recours à l’État pour imposer aujourd’hui une autre régulation de l’économie ? Les banques coopératives et les mutuelles ne peuvent-elles pas être aussi le moteur d’une alternative et l’opérateur de missions d’intérêt général en s’appuyant sur leurs fondations, leurs sociétaires, leurs salariés, leurs clients plutôt que de rechercher la concentration des pouvoirs ?
Inscription : Conseillée

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.