Le media social et solidaire du travail et de l’emploi

Accueil > Agenda > Faut-il juger les enfants soldats ? (Paris)

Faut-il juger les enfants soldats ? (Paris)

lundi 14 décembre 2009

Organisateur(s)


Organisateur principal : parcours exil
Nom du contact (Pour infos complémentaires) : Rosine Mukahirwa
Téléphone : 01 45 33 33 75

Autres organisateurs éventuels
La voix de l’enfant

Evènement


Date de début : 14/12/2009
Région et département : Région Ile de France -> Paris (75)

Description précise
A l’occasion du 20ème anniversaire de ce texte à portée universelle, Parcours d’exil, en partenariat avec la Voix De l’Enfant, organise le 14 décembre prochain une table ronde sur le thème des enfants soldats. Des experts spécialisés dans les domaines juridique, médico-psychologique et militaire débattront sur les questions liées à l’accueil et à la responsabilité de ces enfants quant à leurs agissements passés.

Depuis sa création, Parcours d’exil accueille et prodigue des soins thérapeutiques à de nombreux mineurs isolés étrangers. Parmi eux, se trouvent d’anciens enfants soldats qui souffrent de traumatismes profonds et sévères. Pourtant, parce qu’ils ont commis des crimes graves sous le commandement de chefs militaires, ces jeunes sont stigmatisés par la société qui les considèrent d’abord comme des agresseurs et non pas comme des victimes. Aussi, ils se retrouvent doublement victimes, d’une part des miliciens qui les ont enrôlés dans les conflits armés et d’autre part du pays d’accueil qui attache de l’importance à cet inadmissible passif de façon préjudiciable.

En conséquence, ces jeunes sont condamnés avant même d’avoir été jugés et leur prise en charge par les services d’aide à l’enfance et les intervenants est souvent biaisée par des réactions d’effroi, d’angoisse et de rejet. Ainsi, il est nécessaire de pouvoir intégrer dans une réflexion pluridisciplinaire toutes les facettes de ces enfants soldats, tant pour les exactions commises que pour les exactions qu’ils ont eux-mêmes subies et qui, dans le processus d’enrôlement des enfants soldats, constituent une phase initiatique quasi-systématique.

Ces mineurs ayant commis des crimes graves doivent-ils être poursuivis ? Dans le cas contraire, cette impunité ne risque-t-elle pas d’inciter d’autres tortionnaires à faire commettre plus d’atrocités à ces enfants ? Se pose donc la question de la responsabilité des ces jeunes.
Les débats seront clôturés par Monsieur François ZIMERAY, Ambassadeur pour les droits de l’Homme. Ce dernier remettra au gouvernement ainsi qu’aux parlementaires nationaux et européens intéressés par la question, les recommandations issues de cette réflexion.

Programme détaillé
Nom du contact (Pour inscription) : Rosine Mukahirwa
Inscription : Obligatoire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.