Le media social et solidaire du travail et de l’emploi

Accueil > Agenda > Novembre : Le Mois de l’Economie sociale et solidaire en Languedoc-Roussillon

Novembre : Le Mois de l’Economie sociale et solidaire en Languedoc-Roussillon

vendredi 30 novembre 2007

Le Mois de l’Economie sociale et solidaire en Languedoc-Roussillon bénéficie
du soutien de :
- La Préfecture de Région (SGAR)
- La Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports (DRDJS)
- La Région Languedoc-Roussillon,
- La Caisse des Dépôts et Consignations
- Le Conseil Général du Gard,
- Le Conseil Général des Pyrénées-Orientales,
- Le Conseil Général de l’Hérault,
- Le Conseil Général de l’Aude,
- La MAIF

Les acteurs d’une autre économie
La Chambre Régionale de l’Economie Sociale du Languedoc-Roussillon a initié en 2006 les Temps forts de l’Economie Sociale et Solidaire. Préfiguration de la première édition du Mois de l’ESS : cet évènement CRES Languedoc-Roussillon

La Chambre Régionale de l’Economie Sociale du Languedoc-Roussillon a initié en 2006 les Temps forts de l’Economie Sociale et Solidaire. Préfiguration de la première édition du Mois de l’ESS : cet évènement consiste à concentrer pendant un mois une série de manifestations sur l’ensemble des cinq départements de la région.
Permettre à toutes et à tous de mieux faire connaître l’ESS, valoriser les initiatives les entreprises du secteur, développer les rencontres et les échanges entre acteurs
de ce champs, tels sont les objectifs poursuivis par le Mois de l’ESS.

L’Economie sociale est le terme générique utilisé pour désigner l’ensemble formé par les groupements de personnes jouant un rôle économique : les coopératives de toutes natures (salariés, consommateurs, d’artisans…), les mutuelles (d’assurance ou de prévoyance-santé), les associations gestionnaires.

L’Economie sociale est née et a pris son essor au XIXe siècle pour répondre aux besoins et aspirations de femmes et d’hommes confrontés à des difficultés diverses, qui n’avaient le plus souvent que peu de moyens et se sont groupés pour pouvoir se donner la capacité d’entreprendre collectivement.

L’Economie solidaire désigne pour sa part un ensemble d’initiatives économiques récentes, généralement proches de la philosophie et des pratiques des entreprises de l’Economie sociale, mais qui ne s’inscrivent pas forcément dans un des trois statuts dont relèvent ces dernières.

Au total, les entreprises de l’Economie sociale et solidaire (ESS) se retrouvent toutes pour faire quotidiennement la démonstration qu’il est possible d’entreprendre autrement…
…autrement par rapport aux usages des entreprises capitalistes, en particulier en matière d’utilisation et de répartition des profits, ces dernières tendant à toujours
plus privilégier les intérêts à court terme d’un seul acteur : l’actionnaire.
A contrario, les entreprises de l’ESS, dont l’essentiel des excédents est affecté à la poursuite des objectifs collectifs qu’elles se sont donnés, cherchent à concilier les attentes des diverses parties prenantes qui concourent à leurs projets, en s’attachant à répondre durablement aux besoins réels de leurs usagers et sociétaires. Elles le font en respectant un ensemble de principes communs :
- Primauté des personnes et de l’objet social sur le capital ;
- Adhésion volontaire et ouverte ;
- Gestion démocratique (1 personne = 1 voix ; dirigeants élus) ;
- Solidarité et responsabilité ;
- Appropriation collective de tout ou partie des excédents (le capital n’est qu’un moyen et non une fin en soi).

Une forte présence dans tous les secteurs d’activité
Les entreprises de l’ESS sont présentes dans tous les secteurs d’activité : la banque, les assurances, la santé, le tourisme, les loisirs, le sport, l’artisanat, la restauration, la formation, les transports, le logement, la distribution, etc. Elles interviennent au service de quasiment tous les foyers français : les
mutuelles santé et de prévoyance couvrent trente millions de personnes, les mutuelles d’assurances (une automobile sur deux et deux habitations sur trois) ; qui ne connaît pas les coopératives, agricoles, de pêche, bancaires, de transport, de
distribution, etc. ; quant aux associations, elles maillent l’ensemble des territoires, même les plus isolés, contribuant ainsi au bien être des populations et à la préservation de l’équilibre géographique du pays comme de notre région.

Innovante pour la société
Beaucoup de pratiques et réalisations désormais largement diffusées trouvent leur origine dans des innovations initialement conçues par l’ESS :
- des mutuelles santé-prévoyance : ancêtres des assurances sociales puis de la sécurité sociale, elles ont mis en place le tiers payant pharmaceutique et médical ainsi que la pratique du conventionnement, au besoin en devenant gestionnaires de services de soins (pharmacies, cliniques mutualistes, centres de soins dentaires ou d’optique, etc.) ;
- des mutuelles assurances :le constat amiable, les garages agréés, le tiers-payant en assurance automobile, le recours précoce à l’informatisation des relations assureurs-expertsréparateurs en automobile, etc. ;
- des associations : l’aide à domicile, l’alternative à l’hospitalisation, la prise en charge des handicapés, le titre emploi service, les villages de vacances, etc. ;
- des coopératives :le contrôle qualité des produits, l’animation sociale en milieu rural, le prix unique du livre, etc. En ce début de XXe siècle, alors que le discours ambiant traduit une volonté d’alignement du modèle de l’entreprise sur celui de la seule firme capitaliste, les acteurs de l’ESS ressentent la nécessité, plus encore que par le passé, de défendre et de promouvoir ensemble les principes communs qui guident leurs actions.

C’est tout le sens de cette première édition du « Mois de l’ESS en Languedoc Roussillon », dont l’objectif est de mieux faire connaître et reconnaître les entreprises, activités, innovations, propositions que portent celles et ceux qui, dans notre région, s’efforcent de faire vivre cette autre façon d’entreprendre, au service de l’avènement d’une société plus juste et plus solidaire.

Rentable économiquement et socialement, l’entreprise d’ESS conjugue tradition, modernité et solidarité

Les 12 % qui font la différence
* 10% des établissements employeurs, soit 9718 établissements dont :
- 765 coopératives,
- 407 mutuelles,
- 8 546 associations
* 12 % des effectifs salariés,
* 11 % de la masse salariale
Sources : Urssaf + MSA / Année 2004


Voir en ligne : Informations complémentaires ...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.