7 opérations de sauvetage en moins de 36h. 241 mineurs parmi les 604 rescapés

Solidarité Internationale / Coopération / ONG
> 7 opérations de sauvetage en moins de 36h. 241 mineurs parmi les 604 rescapés

Publié le jeudi 12 octobre 2017

7 opérations de sauvetage en moins de 36h. 241 mineurs parmi les 604 rescapés : quatre naufragés sur 10 sont un enfant ou adolescent. 50 Syriens en fuite : « En Libye, on vous fait payer en fonction de votre nationalité »

Les sauveteurs de l’Aquarius, affrété par SOS MEDITERRANEE et opéré en partenariat avec Médecins Sans Frontières, ont effectué 7 opérations en mer - 5 sauvetages et 2 transbordements – mardi 10 octobre et mercredi 11 octobre et secouru 606 personnes qui se trouvent désormais en sécurité à bord.

Mardi 10 octobre, les équipes de l’Aquarius ont secouru deux embarcations en détresse, transportant respectivement 29 et 144 personnes, dans les eaux internationales à l’Est de Tripoli à 40 et 36 milles nautiques de la côte. L’Aquarius a ensuite reçu pendant la nuit de mardi à mercredi 36 naufragés au cours d’un transbordement à l’Ouest de Tripoli à 70 milles nautiques de la côte ; ces personnes avaient été secourues par un navire marchand plus tôt dans la journée.

Mercredi 11 octobre, l’Aquarius, qui avait déjà à son bord un total de 209 naufragés, a de nouveau été mobilisé par le MRCC Rome pour le sauvetage d’un bateau pneumatique en difficulté à 37 milles nautiques de Tripoli dans la matinée. Les 130 personnes à bord ce canot ont été secourues et accueillies en sécurité à bord de l’Aquarius. Les équipes de SOS MEDITERRANEE ont ensuite secouru deux canots pneumatiques (220 personnes en tout) en détresse dans les eaux internationales dans l’Est de Tripoli. Enfin, mercredi soir, sur instruction du MRCC Rome, l’Aquarius a reçu 47 personnes transbordées depuis le Vos Hestia de l’ONG Save the Children.

« L’Aquarius a été mobilisé sur 7 opérations en moins de 36h : cinq sauvetages et deux transbordements, d’abord à l’Est de Tripoli puis à l’Ouest, puis de nouveau à l’Est. Grâce au professionnalisme des équipes de sauveteurs et à des conditions météorologiques clémentes, les opérations de sauvetage se sont bien déroulées. Toutes les personnes qui couraient un grave danger sur ces embarcations de fortune en pleine mer se trouvent désormais en sécurité à bord de l’Aquarius » a commenté Madeleine Habib, coordinatrice des opérations de sauvetages pour SOS MEDITERRANEE.

L’ensemble des opérations de sauvetage et de transbordement ont été coordonnées par le MRCC Rome qui a également communiqué à l’Aquarius le port sûr (port of safety) prévu pour le débarquement des 606 naufragés qui se trouvaient à bord du bateau

Quatre naufragés sur dix sont des mineurs

Après 7 opérations de sauvetage, 241 enfants et adolescents, dont 178 mineurs non accompagnés, se trouvaient à bord de l’Aquarius, soit quatre naufragés sur dix secourus ces dernières 36h par SOS MEDITERRANEE, une proportion jamais égalée jusqu’à présent.

11 femmes enceintes, dont deux enceintes de neuf mois, ainsi qu’un nouveau-né âgé de tout juste une semaine ont été pris en charge par la sage-femme de Médecins Sans Frontières, partenaire médical de SOS MEDITERRANEE à bord de l’Aquarius.

De nombreuses femmes d’origine subsaharienne secourues à bord des canots pneumatiques, ont déclaré avoir été victimes de violences sexuelles répétées et avoir été emprisonnées pendant plusieurs mois.

Plusieurs naufragés présentaient des symptômes de malnutrition et de maladie infectieuse. Un jeune homme secouru présentait des blessures à l’arme à feu et à la machette.

Les personnes secourues mardi et mercredi sont originaires d’une vingtaine de pays différents : Syrie, Libye, Somalie, Erythrée, Egypte, Mali, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Soudan, Bangladesh etc. mais aussi cinq personnes du Yémen et une personne de Turquie.

50 réfugiés syriens fuient la Libye

27 Syriens, dont des familles entières avec enfants et deux femmes enceintes de neuf mois, ont été secourus mardi par les équipes de SOS MEDITERRANEE à bord du premier canot. 23 autres Syriens, dont encore une fois des enfants et familles, ont ensuite été recueillis à la suite du transbordement effectué dans la nuit de mardi à mercredi depuis un bateau de la marine marchande à la hauteur des plateformes pétrolières à l’Ouest de Tripoli.

« Nous avons fui la Syrie et sommes arrivés en Libye en 2012. Je travaillais dans le secteur de la construction en Syrie, et j’ai continué en Libye. Mais rapidement tout est devenu chaotique dans ce pays. En Libye, il n’y a plus d’accès aux hôpitaux, aux services, il n’y a plus d’économie, plus de monnaie, plus de travail. Tout est désormais tourné vers le racket et le trafic d’êtres humains : en fonction de votre nationalité, on vous demande une certaine somme d’argent » a expliqué un Syrien d’une soixantaine d’années aux volontaires de SOS MEDITERRANEE.

« En Libye, s’ils voient des Syriens ils disent « donne-moi ton argent ». Ils m’ont volé ma voiture. Il est devenu impossible de vivre là-bas. C’est pareil pour tous les étrangers, si tu n’es pas Libyen, tu n’es rien. Je n’ai pas eu d’autre choix : mon passeport avait expiré, c’était la mer ou la mort » a poursuivi ce témoin syrien qui souhaite demander l’asile en Allemagne, où se trouve une partie de sa famille.

« Nous avons tenté trois fois la traversée. Mais la première fois le bateau a failli couler, la deuxième fois la météo était trop mauvaise et des pêcheurs nous ont conseillé de retourner sur la côte sinon nous allions mourir en mer, la troisième fois c’était cette fois. Les passeurs nous ont donné une boussole en nous disant : "Si vous allez dans cette direction, vous arriverez à Malte. Si vous allez dans cette direction vous arrivez à Venise. Si vous allez dans cette direction, vous arrivez en Andalousie" », a encore ajouté le naufragé syrien, qui assure que l’embarcation est partie de Garabulli, à l’Est de Tripoli.

« Les multiples opérations de sauvetage effectuées par l’Aquarius ces dernières heures sur une zone géographique très étendue démontrent que la crise humanitaire continue voire s’aggrave en Méditerranée Centrale. Les hommes, femmes et surtout les nombreux enfants secourus en mer, fuient le chaos et le climat d’insécurité et de violences généralisées en Libye. Faute d’alternative sûre, ils n’ont d’autre choix que de tenter la traversée par ce bras de mer le plus mortel au monde ! SOS MEDITERRANEE ne peut qu’interpeller de nouveau les autorités nationales et européennes sur le besoin urgent de la mobilisation de bateaux de sauvetages en Méditerranée afin d’intervenir à temps avant que les canots de fortune ne se brisent et coulent, ne laissant aucune chance de survie à leurs passagers. Face à l’absence d’un dispositif de sauvetage institutionnel adéquat, SOS MEDITERRANEE poursuit et poursuivra sa mission en mer pendant tout l’hiver, pour la deuxième année consécutive » a déclaré Francis Vallat, président de SOS MEDITERRANEE France.

Depuis le début de l’année 2017, l’Aquarius a accueilli à son bord 12.426 personnes. 9.828 ont été secourues directement par les équipes de SOS MEDITERRANEE, 2.598 ont été accueillies à bord après un transbordement.

***
À propos de SOS MEDITERRANEE, association européenne de sauvetage en mer Méditerranée :
SOS MEDITERRANEE est une association fondée en 2015 par un groupe de citoyens européens, décidés à agir face à la tragédie des naufrages à répétition en mer Méditerranée.
L’association est apolitique avec un seul impératif : sauver des vies en mer. Grâce à une mobilisation exceptionnelle de la société civile européenne, SOS MEDITERRANEE a affrété un navire de 77 mètres, l’Aquarius, et a débuté les opérations de sauvetage fin février 2016 au large des côtes libyennes, permettant de secourir 11.261 personnes sur l’année 2016. Médecins Sans Frontières (MSF) est le partenaire médical présent sur le navire pour l’accueil et le soin des rescapés à bord.
Chaque jour en mer coûte 11.000 euros afin de financer la location du navire, son équipage, le fuel, et l’ensemble des équipements nécessaires pour prendre soin des réfugiés. L’association lance un appel à soutien et à mobilisation auprès de tous les acteurs de la société civile : particuliers, ONG, fondations, mécènes, entreprises et pouvoirs publics, pour lui donner les moyens de poursuivre ses opérations.

@SOSMedFrance http://www.sosmediterranee.fr

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Laura Garel (SOS Méditerranée)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux