Admical mobilise pour le renouveau du mécénat

Finances solidaires / Micro crédit / monnaies solidaires / Fundraising
> Admical mobilise pour le renouveau du mécénat

Publié le mardi 4 juillet 2017

Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture et de la Communication, experts du secteur et citoyens prennent part au débat !

Plus de 400 personnes ont participé ou suivi le Grand débat sur l’avenir du mécénat organisé le 27/06/17 par Admical, communauté d’entreprises et d’entrepreneurs mécènes.
Préservation du cadre fiscal, définition de l’intérêt général, soutien à l’engagement des TPM/PME, développement des fondations actionnaires, soutien des mécènes aux entrepreneurs sociaux… Autant de mesures largement débattues par des experts du secteur, des administrateurs d’Admical et un invité exceptionnel et incontournable sur le sujet : Jean-Jacques Aillagon.

Cette rencontre ouvre de nouvelles perspectives pour le mécénat de demain.

Un débat, 5 thématiques pour le mécénat de demain

Préserver le cadre fiscal mis en place par la loi Aillagon

La loi du 1er août 2003 instituant le dispositif fiscal du mécénat est la colonne vertébrale du mécénat. Invité exceptionnel d’Admical, Jean-Jacques Aillagon en personne est venu la présenter, rappeler sa nécessité mais également les risques de vouloir trop réformer en profondeur le « système le plus avantageux du monde » bien que des ajustements soient envisagés. « Cette loi est à présent rentrée dans les mœurs, comme peut l’être la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Il ne faut pas la remettre en cause, mais l’améliorer pas à pas. » rappelait l’ancien ministre.

La définition de l’intérêt général doit relever d’une compétence transversale

Parce que « L’Etat n’a plus aujourd’hui le monopole de l’intérêt général », selon les mots de Me Olivier Binder, avocat associé du cabinet Granrut, il est primordial que l’on se pose la question de sa définition. Pour Admical, celle-ci doit relever d’une compétence transversale pouvant être coordonnée par une délégation interministérielle rattachée à Matignon en charge du mécénat. Cette délégation réunirait des représentants de l’Administration, des collectivités territoriales, du Parlement, ainsi que des fondations, des associations et des entreprises.

Favoriser le développement des fondations actionnaires en simplifiant l’acquisition et la détention de participations y compris majoritaires

« Peu nombreuses en France » précisait Daniel Bruneau, ancien directeur recherche de fonds et communication aux Petits frères des Pauvres, ces fondations (telles que Fondation Warein, la Fondation Avril, l’Institut Mérieux, la Fondation Pierre Fabre) qui détiennent de façon majoritaire le capital d’une entreprise présentent un modèle innovant qui permet de diversifier et de consolider leurs ressources. Admical souhaite participer à leur développement. Pour autant, une fondation à but non lucratif doit-elle gérer une entreprise dont l’objet principal est de dégager du profit ? Un sujet qui a largement suscité le débat au sein de l’assemblée.

Consolider l’engagement des TPE et des PME

Si les PME/TPE restent largement majoritaires parmi les entreprises mécènes (97% des entreprises mécènes sont des PME/TPE [1]), leur poids dans le budget mécénat a largement diminué (-14 % en deux ans*), ce qui témoigne de la fragilité de leur engagement. Pour contrer cette dynamique, Admical propose par exemple de développer une culture du mécénat sur les territoires en créant un guichet unique de sensibilisation auprès de toutes les CCI. D’une part, pour sensibiliser et conseiller les entreprises sur la pratique du mécénat et d’autre part, les fédérer autour d’un intérêt commun pour qu’ils participent à des projets collectifs. Parce qu’en effet, comme le rappelait Didier Janot, nouvel administrateur d’Admical et dirigeant d’une agence de communication rémoise (PME) « l’avenir du mécénat ne se trouve pas seulement dans les entreprises du CAC 40, mais surtout dans les régions, les territoires où siègent ces TPE-PME qui ont besoin d’être convaincues ».

Faciliter le financement et l’accompagnement des entrepreneurs sociaux par le mécénat

Pour Delphine Lalu, secrétaire générale de la fondation AG2R LA MONDIALE « l’ESS représente un nouveau mode d’entreprendre qui se traduit par des valeurs : démocratie économique, prééminence de l’humain sur le financier, ancrage territorial, vivre ensemble, priorité à l’impact sociétal ». Si l’intérêt des mécènes pour l’ESS est croissant, il se heurte pourtant à la définition fiscale de l’intérêt général qui exclut de l’accès aux dons un grand nombre d’entrepreneurs sociaux, même sous statut associatif, en raison du caractère lucratif au sens fiscal de leur structure. Aussi, Admical a recommandé lors du débat que le soutien du mécénat à l’ESS s’exerce via les « acteurs intermédiaires » qui accompagnent, financent et réfléchissent le développement de l’entrepreneuriat social.

Pour conclure ce débat, Jean-Jacques Aillagon nous a confié sa vision optimiste pour l’avenir du mécénat :« La maturité de la société française fera que l’on sera de plus en plus demandeur de mécénat ». Pour François Debiesse, président exécutif d’Admical « chacun est détenteur d’une part de responsabilité dans le développement de l’intérêt général. Tout le monde doit prendre conscience qu’il est partie prenante du bon fonctionnement de la société ». Lien et responsabilité resteront les deux maîtres mots de ce débat qui ouvre de riches perspectives pour le renouveau du secteur.

Le débat continue ! Proposez vos idées sur la plateforme collaborative et citoyenne www.avenir-mécénat.fr jusqu’au 7 juillet 2017

La consultation publique reste ouverte jusqu’au 7 juillet 2017 sur la plateforme www.avenir-mecenat.fr. Les participants peuvent y émettre un avis sur les propositions d’Admical et suggérer des modifications.« A l’heure de l’intelligence collective et de la démocratie citoyenne, Admical, de par son statut d’association reconnue d’utilité publique, se devait d’ouvrir le débat au plus grand nombre pour que nos propositions de demain reflètent les vrais besoins des acteurs de l’intérêt général, intègrent des idées nouvelles », rappelle Sylvaine Parriaux, Directrice générale adjointe d’Admical.

Avec la participation de grands acteurs du secteur, ce plaidoyer collectif pour le renouveau du mécénat sera présenté le 5 octobre au Collège de France lors du Mécènes Forum.


Voir en ligne : En savoir plus ?

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer


[1Baromètre du mécénat d’entreprise, Admical/CSA, 2016

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Marion Baudin (Admical)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux