Autogérer les entreprises : Scop, la bonne formule ?

Ce qu’en pensent les partis politiques ?
> Autogérer les entreprises : Scop, la bonne formule ?

Publié le mardi 5 novembre 2013

Sea France, Helio Corbeil, Fralib, Goodyear... la question de la reprise en Scop des entreprises qui ferment se pose de plus en plus comme alternative aux licenciements. État des lieux du débat sur le sujet.

Il y a quarante ans les Lip reprenaient en autogestion leur entreprise, devenant le symbole du renouveau autogestionnaire des années 70. On oublie parfois qu’il s’agissait à l’origine pour ces ouvriers d’une action de construction du rapport de forces contre les licenciements dans leur usine, sans perspective de long terme pré-établie. Les reprises en Scop (Société coopérative et participative) des bateaux de Sea France ou de l’imprimerie Helio Corbeil correspondent à la même réalité. De fait, celle de la vague de licenciements des années 2000 est désormais tangible : il est quasi impossible aux salarié-e-s de retrouver du boulot après une fermeture, et les primes, même significatives, ne permettent donc pas de tenir. D’où un recentrage des équipes syndicales sur la défense de l’emploi qui, faute de construction de convergences suffisantes pour peser et envisager autre chose, se concrétise par des reprises en Scop.


Voir en ligne : Alternative Libertaire par Grégoire

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux