Catherine Barbaroux succède à Maria Nowak à la présidence de l’Adie

Association pour le Droit à l’Initiative Économique
> Catherine Barbaroux succède à Maria Nowak à la présidence de l’Adie

Publié le vendredi 18 mars 2011

A l’occasion de l’assemblée générale de l’Adie, qui s’est tenue ce jour, Maria Nowak,
présidente et fondatrice, a confirmé sa volonté d’organiser la relève. C’est Catherine
Barbaroux qui assumera désormais la présidence de l’association, pionnière du
microcrédit en France et en Europe. Maria Nowak reste impliquée dans l’association
et prend le titre de Présidente Fondatrice.

Reconnue d’utilité publique, l’Adie, Association pour le droit à l’initiative économique, a été
créée en 1989 par Maria Nowak, en adaptant le modèle de la Grameen Bank développé
au Bangladesh par Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix, au contexte d’un pays
industriel. Sa vocation est de permettre à des personnes, exclues du marché du travail et
n’ayant pas accès au système bancaire classique, de créer leur entreprise grâce au
microcrédit et à un accompagnement adapté.

Aujourd’hui, avec 130 antennes et 190 permanences, l’Adie est le premier opérateur du
microcrédit en France. Plus de 450 salariés sont à l’écoute et au service des porteurs de
projet, aidés par 1 700 bénévoles disposant de compétences variées : gestion, appui
administratif, développement commercial, marketing, insertion bancaire... Depuis son
origine, l’Adie a financé près de 93 000 microcrédits, permettant ainsi la création de plus
de 93 500 emplois.

Ayant introduit le microcrédit en France et en Europe Centrale et Orientale, auteur de
nombreux ouvrages, Maria Nowak a fondé son action sur la double conviction que les
personnes en difficulté sont aussi capables que d’autres de créer leur propre emploi et
que le microcrédit peut devenir l’outil financier de la nouvelle économie, fondée davantage
sur les services. Elle est Officier de la Légion d’honneur, titulaire de nombreux prix et
Docteur Honoris Causa de l’Université de Louvain

« Après plus de 20 ans d’engagement, je pense qu’il est temps de changer de présidente.
Nous avons beaucoup de chance que Catherine Barbaroux ait accepté de prendre cette
responsabilité et je suis persuadée qu’elle apportera à l’association une vision et une force
nouvelles. En quittant ces fonctions, qui m’ont donné chaque jour le bonheur de voir des
exclus devenir créateurs de richesse et retrouver leur place dans la société, je voudrais
remercier tous ceux qui nous ont permis d’avancer : les permanents et les bénévoles de
l’association, mais aussi l’Etat, les collectivités locales, l’Europe, les banques, les
entreprises, et les particuliers. Les deux piliers de notre action ont été l’initiative des
personnes en difficulté et la solidarité de nos partenaires. » déclare Maria Nowak.
Maria Nowak reste administratrice de l’Adie, Présidente de l’Association Adie
Microfranchise solidaire, de Adie International et de microStart, programme de microcrédit
qui vient d’être lancée en Belgique en partenariat avec BNP Paribas, Fortis et le FEI.

C’est Catherine Barbaroux qui assurera désormais la présidence de l’Adie.
Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris en 1970, Catherine Barbaroux, après
des débuts dans la recherche en sciences politiques, a alterné des responsabilités dans
l’administration et en entreprise. Elle a notamment été directrice de cabinet de Michel
Crépeau au ministère de l’environnement (1981/83), puis au ministère du commerce, de
l’artisanat et du tourisme (1983/86).

Elle exercera ensuite diverses responsabilités au sein du Groupe Printemps qui la
conduiront à la direction des ressources humaines et de la communication, et au directoire
du Groupe devenu Pinault-Printemps-Redoute (PPR). En 1993, elle prend la direction d’un
organisme d’études et de conseil, Entreprise et Personnel, spécialisé dans les ressources
humaines et le management.

Cette double expérience de l’État et du monde de l’entreprise conduira Martine Aubry,
alors ministre de l’emploi et de la solidarité, à la nommer déléguée générale à l’emploi et à
la formation professionnelle (DGEFP) fin 1999. Elle conservera cette fonction cinq ans
sous l’autorité successive d’Elisabeth Guigou, François Fillon et Jean-Louis Borloo.
Désireuse de revenir plus près du terrain, elle rejoint le Conseil régional d’Ile de France en
2005. Elle en a assuré la Direction Générale des Services jusqu’en juillet dernier.
« J’ai la conviction, comme Maria Nowak, que le développement économique ne peut et ne
doit pas être dissocié de la cohésion sociale et de la lutte contre toutes les formes
d’exclusion. L’Adie est devenue un formidable outil d’insertion, parmi les plus efficaces
pour les publics les plus vulnérables et dans tous les territoires.

A la délégation à l ’emploi, comme au Conseil régional d’Ile de France j’ai pu mesurer
l’utilité sociale des activités de l’Adie.

Forte de la confiance de Maria Nowak, forte du soutien du conseil d’administration, des
permanents et des bénévoles, nourrie aussi de l’expérience acquise dans mes différentes
fonctions au service de l’emploi, j’ai envie de poursuivre et d’amplifier ce combat parce
qu’il est concret, juste, et plus que jamais nécessaire dans le contexte social et
économique actuel. »

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sandrine Bonamy-Leiba (ADIE)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux