Chiffres coopératifs, loi immigration et loi numérique, tiers payant et plan emploi

Editorial de la lettre d’information du 25 janvier 2016

Editoriaux des lettres d’information hebdomadaires
> Chiffres coopératifs, loi immigration et loi numérique, tiers payant et plan emploi

Publié le lundi 25 janvier 2016

La semaine dernière, aux 2/3 de notre envoi, nous avons eu une panne d’internet. Résultat, 8000 abonnés n’ont pas reçu la lettre. Désolé pour ce soucis.

Cette semaine passée, la coopération a communiqué via ses différentes branches. Coop Fr a sorti son nouveau panorama des chiffres de la coopération en France. Pionnier européen, la France peut se vanter de son esprit coopératif, et pas qu’à travers les SCOP, tant appréciées depuis quelques années. 2ième économie coopérative au monde, pilier de l’économie Française, c’est 23 000 entreprises coopératives soutenues par 1,2 million de salariés [Plus d’infos]
La prochaine loi sur l’immigration, sujet toujours sensible, subit le reproche d’organisations sociales et humanistes. En effet, même si elles reconnaissent des avancées entre autres sur la durée des titres, elles reprochent le risque d’atteinte au secret professionnel et à la transformation de certains personnels en "auxiliaires de police". Relation de confiance versus politique réglementaire, vieux débat du social ! [Plus d’infos]
Pour une fois, nous n’aborderons pas la loi numérique avec l’œilleton "acteur du numérique", mais avec l’oeil des associations liées aux handicaps qui reprochent l’absence d’obligation faites aux gestionnaires de sites de les passer en "accessibilité aux personnes souffrant de handicap". Nous les premiers regrettons de ne pas pouvoir mettre notre site en accessibilité, mais le coût que cela représente est insupportable. Alors, là encore, ce facteur d’autonomie et d’inclusion essentiel pour les personnes déficientes visuelles que représentent les nouvelles technologies se heurte à des contraintes budgétaires. [Plus d’infos]
Le projet de loi de modernisation de notre système de santé s’est vu en partie censuré par le Conseil Constitutionnel, justement (comme par hasard), sur l’un des points chauds du débat entre les médecins et le Ministère : le tiers payant généralisé. Vieille revendication de la Mutualité Française pour faciliter l’accès aux soins en facilitant l’accès économique des plus vulnérables, le tiers payant généralisé aurait permis fin 2016 d’éviter l’avance de frais de santé chez les praticiens. Mais le lobbying des médecins souhaitant (avant tout) garder la relation marchande avec le patient et ne pas laisser les organismes payeurs voir dans leurs affaires a fonctionné. Le résultat est que ce sera encore plus compliqué pour eux : un peu de tiers payant (le RO), un peu d’encaissement (le RC). Et les dindons de la farce restent les patients et les organismes complémentaires ! Autant la réserve des garanties de paiement pouvait être un vrai argument, autant la liberté d’entreprendre et un "projet de loi" mal ficelé avancé par le Conseil paraissent décalés au vu des enjeux [Plus d’infos]

L’UDES est récurrent dans nos lettres depuis bon nombre de mois, ce qui prouve la réactivité de l’union aux sujets la concernant, mais aussi, et surtout, la place qu’elle a pu gagner dans le paysage. Là, elle vient saluer les mesures du plan pour l’emploi présenté par François Hollande. Baisse du coût du travail, baisse des charges, formation des chômeurs, l’UDES soutient et s’engage à soutenir dans le futur, tout en émettant une réserve sur les moyens alloués à ce dispositif. [Plus d’infos]. Toujours l’UDES, dans son rôle de défense de ses adhérents, a émis ses craintes sur l’incapacité de certains départements à verser les aides sociales obligatoires aux structures médico-sociales et sur l’absence d’intermédiation sérieuse entre l’Etat et ces départements pour éviter des difficultés aux associations du sanitaire et social de ces territoires. [Plus d’infos].
Les employeurs du secteur non marchand joueraient moins bien le jeu de l’embauche des contrats aidés ? Du moins en 2014 ! C’est ce qui ressort d’une étude de la DARES, réalisée en 2014 auprès des établissements utilisateurs de contrats uniques d’insertion ou d’emplois d’avenir. L’ESS comme "outil de réinsertion professionnel" s’observe bien dans ces chiffres, même si les difficultés économiques endémiques font que l’ESS (re)créé des compétences qu’elle ne peut garder après faute de finances suffisantes... [Plus d’infos]

Bonne lecture
Bonne semaine


Voir en ligne : Retrouvez la lettre d’information hebdomadaire de Ressources Solidaires...

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux