Clivage croissant au sein de l’ESS, la campagne de Coop Fr et l’holocratie !

Editorial de la lettre d’information du 07 novembre 2016

Editoriaux des lettres d’information hebdomadaires
> Clivage croissant au sein de l’ESS, la campagne de Coop Fr et l’holocratie !

Publié le dimanche 6 novembre 2016

Dans l’éditorial de la semaine dernière, nous le disions, certaines figures de notre secteur, ou proche, se sont ouvertement déclarées soutenir un (presque) candidat pour la future élection. Cette semaine, ce n’est pas tant cela que les suites d’un communiqué de presse qui aura fait grand bruit pendant le mouvement anti loi Travail. Le GOEES a lancé un pavé dans les eaux tranquilles de l’ESS post loi Hamon. La loi de 2014 avait distribué les cartes ; à toi cette place, à toi cette commission, à toi ce conseil, à toi ce porte-parolat, ... L’économie sociale s’était rabibochée avec l’économie solidaire, l’économie collaborative tenait la traîne de la mariée, le tout sous les yeux attendris des belles familles. C’était sans compter celles et ceux qui sont restés à la porte de la Mairie. Nous l’avons toujours dit ; la loi Hamon a institutionnalisé l’ESS et nous avions prédit qu’elle (re)creuserait le fossé entre les petites structures et les réseaux institutionnels. Et à quelques mois d’échéance qui pourrait redistribuer fortement les cartes financières, les langues se délient. Ce n’est pas le fond de ce pavé qui nous interpelle, chaque organisme ou chaque individu peut prendre une position, c’est la concordance des temps ! Certains rejoignent Macron, d’autres appellent à faire émerger une autre voix que celle institutionnelle et/ou majoritaire. Car l’ESS, c’est avant tout le débat des idées ! L’ESS est politique, et elle ne peut être pyramidale ou monolithique, ses origines plurielles ne peuvent s’effacer par une loi. Catholiques sociaux, socialistes utopiques, socialistes marxistes, libéraux, ils ont construit les principaux courants de pensées et par la même occasion, les différentes composantes de l’ESS. Ce que nous voyons dans ces prises de position, c’est avant tout une ESS vivante d’idées et d’humains, et pas simplement d’entreprises et d’économique. L’ESS n’est pas que ratios et chiffres à comparer avec les "autres", mais pratiques et réflexions pour un mieux vivre au travail ou dans la société. A quoi cela sert de se comparer avec les mêmes mauvais outils ?

A propos d’idées, on peut admettre que le management dans l’ESS est assez classique. Là encore, pyramidal souvent, participatif quand on peut ! Et si on tentait l’holacratie ? Késako ? C’est un "système dans lequel des entités auto-régulées fonctionnent à la fois de manière autonome mais aussi comme partie d’un tout dont elles sont dépendantes", organisation en cercles concentriques, imbriqués les uns dans les autres. C’est ce système qu’a instauré la biocoop Scarabée à Rennes. Et cela a l’air de fonctionner ! Différent du "flat-management" ou des "entreprises libérées", chacun est dépendant du travail de l’autre, sachant que chacun cumule plusieurs rôles et non un poste. En tout cas, cela mérite un coup d’oeil !
J’espère que la Biocoop citée ci dessus pratique la juste rémunération des salariés, qu’ils soient hommes ou femmes. Car le fossé reste entier. Et les Françaises, elles aussi, en ont assez. Aujourd’hui lundi 7 novembre à partir de 16h34, elles travailleront bénévolement ! En effet, à salaire inférieur de 15% aux hommes, c’est presque 40 jours de différence qui s’affichent au compteur. Nous soutenons cet appel et relayons la pétition des Glorieuses !
Le CICE associatif a provoqué des réactions positives du côté des réseaux employeurs. Nous étions étonnés que les centrales syndicales n’aient pas réagi. A ce jour, seul Force Ouvrière Action sociale semble avoir indiqué son refus du CICE associatif, sur la base des constats du CICE "classique". Ce qui nous semble dommage, car le contexte n’est pas le même. Mais d’autres ont peut être réagi sans que nous les repérions...

Les coopératives sont vivantes, bien vivantes et comptent bien le dire haut et fort ! Là encore, le mouvement Coop Fr entend bien faire entendre sa voix à quelques mois des élections. Les coopératives créent de l’emploi et produisent de la richesse, certes, mais aussi innovent et font vivre la démocratie ! En plus, les Français, grands coopérateurs, se retrouvent en phase avec elles. A suivre et relayer !

Bonne lecture !
Bonne semaine !


Voir en ligne : Retrouvez la lettre d’information hebdomadaire de Ressources Solidaires...

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux