Compte pénibilité : la prévention sacrifiée, le patronat déresponsabilisé

Confédération Générale du Travail
> Compte pénibilité : la prévention sacrifiée, le patronat déresponsabilisé

Publié le mercredi 12 juillet 2017

C’est par courrier du Premier ministre, daté de ce samedi 08 juillet 2017, que nous apprenons les axes de réforme retenus par le gouvernement pour simplifier le compte personnel de prévention pénibilité.

Décidément, les équipes gouvernementales, les ministres changent mais les méthodes restent !
Encore une fois, aucune discussion sur le sujet n’a eu lieu comme ce fut déjà le cas pour
l’instauration du dispositif précédent.

Pour la CGT, l’enjeu d’une juste prévention et compensation de la pénibilité du travail est un des
déterminants pour lutter contre la progression des inégalités sociales et de santé.

Au lieu de cela, Édouard Philippe propose une solution qui ravit le Medef : le compte par points
continue à s’appliquer pour six facteurs (les activités en milieu hyperbare, le travail de nuit, le
travail répétitif, le travail en équipes successives alternantes, le bruit et les températures
extrêmes)

Quant aux facteurs restants, la manutention manuelle de charges, des postures pénibles, des
vibrations mécaniques, des risques chimiques, ils sont sortis du dispositif. Il faudra un taux
d’incapacité permanente de plus de 10% pour pouvoir bénéficier d’une retraite anticipée.
Concrètement, le gouvernement fait sortir du dispositif des milliers de travailleuses et de
travailleurs, notamment ceux de l’industrie de la chimie et de la construction.

Autre élément du scandale : Les cotisations patronales actuelles seront supprimées à partir de
2018 et le nouveau compte sera financé par la seule branche accidents du travail/maladies
professionnelles (ATMP). Alors même que se pose la question de l’utilisation des excédents de
cette branche ATMP afin de pouvoir mener une véritable politique de prévention de la
désinsertion professionnelle.

En clair, on déresponsabilise le patronat sur le fléau des maladies professionnelles. On assiste là à un retournement du principe de compensation, car il faudra déjà être malade et prouver une incapacité permanente de 10%, a minima, pour pouvoir enfin bénéficier d’une retraite prise plus tôt mais pas en bonne santé.

La suppression de la cotisation spécifique fait disparaitre toute incitation financière à la
prévention. La CGT porte des propositions simples, transférables tout au long de la vie
professionnelle ; elles passent par la reconnaissance collective de la pénibilité par métiers au
niveau de la branche, la mise en place de congés de fin d’activité à l’instar de celui qui vient d’être négocié dans la branche du transport routier, ...

La nécessite de l’action et la participation de toutes et tous le 12 septembre est plus que jamais
posée.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La CGT

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux