Congrès de la CES : pour FO, la CES doit affirmer sa capacité de contestation

Force Ouvrière
> Congrès de la CES : pour FO, la CES doit affirmer sa capacité de contestation

Publié le vendredi 25 mai 2007

Le congrès de la Confédération européenne des syndicats (CES) s’est ouvert le 21 mai 2007, à Séville (Espagne).

La délégation de la cgt FO est conduite par Jean Claude Mailly, Secrétaire Général.

Lors de la présentation du rapport d’activité, FO est intervenue pour souligner le travail d’analyse sur les questions économiques, en particulier sur les contraintes budgétaires et monétaires au niveau européen, constatant que les questions sociales apparaissent de fait comme la seule variable d’ajustement.

Se félicitant que la CES ait su dire « non » à la directive Bolkestein, FO a souhaité que la CES sache dire « non » à la « modernisation » du droit du travail à laquelle voudrait nous conduire la Commission européenne avec son Livre vert.

S’il revient aux syndicats d’exprimer les attentes et revendications des travailleurs face aux réformes institutionnelles, FO a cependant rappelé son désaccord avec la prise de position de la CES sur le projet de « constitution » au moment des référendums.

Au cours du débat sur le projet de résolution intitulée « Stratégie et Plan d’action », Jean- Claude Mailly a insisté sur la nécessité de ne pas opposer les systèmes sociaux nationaux au modèle social européen, invitant la CES à réagir chaque fois que ceux–ci sont mis en cause comme c’est le cas aujourd’hui encore sur les retraites dans plusieurs pays : « Chaque remise en cause au plan national est une atteinte au modèle social européen ».

Concluant son intervention, Jean Claude Mailly a incité la CES à ne pas se laisser limiter à accompagner et corriger les initiatives de la Commission ou à en gérer les conséquences. Elle doit affirmer sa capacité à les contester quand elles vont manifestement à l’encontre des intérêts des travailleurs.

« Ne nous affirmons pas comme “colégislateur” ou “co régulateur” avec la Commission » a expliqué Jean Claude Mailly. « La CES ne doit pas apparaître comme subsidiaire des institutions européennes, mais affirmer sans cesse son indépendance, son attachement au dialogue social et à la négociation collective libre et autonome ».

Pour FO, c’est ainsi que la CES sera efficace, pour peser en faveur d’une Europe du progrès social, et utile pour les travailleurs.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux