Contrats aidés : « Tout d’un coup, tout s’arrête »

Politique de l’emploi
> Contrats aidés : « Tout d’un coup, tout s’arrête »

Publié le jeudi 7 septembre 2017

A Salon-de-Provence, la disparition programmée des contrats aidés sonne collectivité, associations et individus.

« C’est la période des inscriptions, celle où ils ont le plus besoin de moi… Je ne sais pas comment ils vont faire. » Avec un sourire triste, Alicia Chebil s’inquiète de la surcharge de travail qui va s’abattre sur ses collègues de la Maison des jeunes et de la culture (MJC) de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône). Dans trois heures, ce jeudi 31 août, c’est pourtant bien son propre contrat de travail, un contrat aidé de 26 heures par mois pour 800 euros, qui s’arrête brutalement. Il y a un an, cette femme de 55 ans, sans formation, a profité du dispositif CAE (contrat d’accompagnement dans l’emploi) pour intégrer cette structure fréquentée par plus de 2 500 Salonais chaque semaine.


Voir en ligne : Le Monde du 02/09/17 par Gilles Rof

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Territoires d’ESS

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux