Des coopératives au secours de l’emploi local

Acteurs publics du 13/07/12 par Éric Delon

Politique de l’emploi
> Des coopératives au secours de l’emploi local

Publié le jeudi 16 août 2012

Les collectivités n’ont plus besoin d’agrément préfectoral pour créer des sociétés coopératives d’intérêt collectif. Une facilité qui devrait renforcer l’intérêt des élus pour ces structures tournées vers le développement local.

1er juillet 2004 : la France ouvre le marché de l’électricité à la concurrence. Les opérateurs historiques perdent leur monopole. Tout nouvel entrant peut proposer de l’électricité à des structures professionnelles. Septembre 2005 : la structure Enercoop naît juridiquement sous la forme d’une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). “Aujourd’hui, nous avons dépassé les 13 000 consommateurs et comptons 8 000 sociétaires aux profils très variés : producteurs, consommateurs, associations, collectivités locales, etc. Nous réinvestissons la quasi-totalité de nos bénéfices au profit des énergies renouvelables. Dès 2006, nous avons reçu l’agrément « entreprise solidaire ». Aujourd’hui, nous essaimons notre modèle en créant des coopératives locales et citoyennes de l’énergie”, explique Patrick Behm, fondateur et directeur de la SCIC.

À l’instar du conseil régional de Rhône-Alpes, qui est entré dans le capital de la filiale locale d’Enercoop, les SCIC séduisent de plus en plus de collectivités, dix ans après l’institution de leur statut(1). La suppression, le 22 mars dernier, de l’agrément préfectoral qui leur était nécessaire pour voir le jour jusqu’alors devrait, selon les professionnels du secteur, susciter encore davantage d’intérêt. “Quelque 280 SCIC ont été créées depuis dix ans, soit une moyenne de 2,33 créations par mois”, explique Alix Margado, chargée de mission à la Confédération générale des Scop. L’intérêt majeur de ces sociétés est d’associer plusieurs acteurs autour d’un projet : salariés, usagers, fournisseurs, entreprises clientes, associations, particuliers, mais aussi des collectivités publiques qui peuvent intervenir jusqu’ à 20 % du capital(2).


Voir en ligne : La suite de l’article...

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux