Des scientifiques s’essaient au modèle coopératif

Confédération Générale des SCOP
> Des scientifiques s’essaient au modèle coopératif

Publié le jeudi 26 janvier 2017

Des collectifs de chercheurs émergent en France, pour «  faire de la science autrement  ».Navigant entre utopie et pragmatisme, ces structures se veulent des alternatives aux laboratoires publics et privés.

Réponse à une situation de crise ou utopie transformatrice ? Ce sont un peu les deux visages d’initiatives émergentes et très marginales dans le monde de la recherche française. Des innovations qui puisent leurs racines dans une idée du XIXe siècle : les coopératives.

SCOP, sans but ­lucratif ou à faible lucrativité

Ces structures juridiques du monde de l’économie sociale et solidaire ont pour point commun une gouvernance originale, où chaque associé pèse une voix dans les décisions. Le capital leur appartient au moins pour plus de la moitié et les bénéfices sont réinvestis ou redistribués dans la structure. S’il s’agit d’une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) (différente des coopératives participatives ou SCOP), elle peut être sans but ­lucratif ou à faible lucrativité.


Voir en ligne : Le Monde du 23/01/17 par David Larousserie

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux