Discours du président Macron lors du VIVATECH : La CFTC réagit et souhaite la tenue d’un grenelle du numérique

Confédération Française des Travailleurs Chrétiens
> Discours du président Macron lors du VIVATECH : La CFTC réagit et souhaite la tenue d’un grenelle du numérique

Publié le mercredi 21 juin 2017

La CFTC rappelle au Président de la République l’urgence de déployer au plus vite un Grenelle du Numérique afin que tous les acteurs de la vie publique et économique puissent ensemble réfléchir à un nouveau modèle sociale qui prennent en compte les évolutions et les spécificités du numérique et des changements qu’il entraine.

La semaine dernière se tenait à Paris la VivaTech, grande messe du numérique en France. Lors de cet événement le Président Macron a tenu un discours où il a rappelé les mutations que vit actuellement notre pays et son désir de voir la France devenir un « Etat Plate-Forme » au service d’une « start-up Nation ». Des termes forts, appuyés par l’annonce d’un plan d’investissement de 10 milliards d’euros à destination du numérique.

Mais au-delà de cette somme, pour la CFTC le plus important dans ce discours réside dans le constat dressé par le Président d’être dans un « momentum, une dynamique de l’hyperinnovation ».

Pour la CFTC cette dynamique doit s’accompagner d’une hyperinnovation sociale, de nouveaux droits attachés à ces travailleurs d’un nouveau genre pour « protéger les individus, en les formant, en les accompagnant vers ces changements brutaux ». Sans cette protection, la plateformisation de l’économie (et de l’Etat) peut mener à des dérives sociales, à un appauvrissement des travailleurs, et à la fin du modèle social Français.

Il convient donc de penser autrement, plus globalement, de débattre sur l’avenir, sur les mutations engendrées par les nouvelles technologies dans notre façon de concevoir travail et protection sociale. C’est pourquoi la CFTC, par la voix de son Président Philippe Louis, appelle l’Etat à lancer urgemment l’organisation d’un GRENELLE DU NUMERIQUE.

Lors de la VivaTech, le Président s’est adressé aux patrons, aux startuppers, à cette France qui réussit et surfe sur la vague numérique. Il doit maintenant s’adresser aux Français exclus par la fracture numérique, aux Français qui jouissent de nouveaux usages mais craignent l’impact social de la plateformisation. Il veut les « protéger ». Dont acte.

C’est d’un débat croisé entre usagers, entreprises, pouvoirs publics, associations et organisations syndicales que naîtra le nouveau contrat social de demain.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

Messages

  • Bonjour,

    Que pensez-vous de l’omniprésence de l’anglais dans ce salon et de la fin du discours en anglais du président Macron ?
    Ne devrait-on pas demander un renforcement de la loi Toubon pour plus de respect envers notre langue (langue de la République et langue du travail, en France) et pour plus de respect envers les autres langues étrangères.
    Le site de Vivatech est tout en anglais, est-ce normal ?
    Ne serait-il pas temps de réagir contre la langue et la pensée uniques qu’on est en train de nous imposer ?
    Pourquoi ne pas organiser, avec des associations de défense du français, une manifestation l’an prochain, aux portes de Vivatech, pour dire non à notre suicide linguistique.
    J’ai comme l’impression que M. Macron veut non seulement détruire le code du Travail, mais également la langue qui a servi à l’écrire.
    Merci de votre attention et cordiales salutations.

    Régis Ravat

    Voir en ligne : http://www.francophonie-avenir.com

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Laetitia Barthelemy (CFTC)

L’ESS toujours plus NET(te) !

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux