Droit au chômage après démission : la promesse de Macron ne sera pas toujours avantageuse

Rémunérations / Pouvoir d’achat / Traitements / indemnisations
> Droit au chômage après démission : la promesse de Macron ne sera pas toujours avantageuse

Publié le vendredi 19 mai 2017

Dans son programme, le nouveau président prévoit que les employés qui démissionnent pourront toucher le chômage comme ceux qui sont licenciés ou qui négocient leur départ. La mesure favorisera-t-elle pour autant toujours les salariés ? Pas sûr comme l’explique Delphine Robinet, avocate spécialisée en droit social et associée du cabinet ViaJuris.

En permettant aux salariés démissionnaires de toucher l’assurance-chômage, Emmanuel Macron veut favoriser la mobilité professionnelle. Est-ce pertinent ?

Delphine Robinet – C’est en tout cas cohérent. Aujourd’hui, bien des salariés souhaitant quitter leur entreprise dans le cadre d’un projet personnel ou parce qu’ils en ont assez de leur travail et de leur manager, n’osent pas claquer la porte d’eux-mêmes, coincés par la peur de se retrouver sans revenu, en cas de difficulté à retrouver une activité rapidement. Et certains n’ont pas envie de s’engager dans un rapport de force pour être licenciés ou négocier une rupture conventionnelle avec les indemnités qui vont avec. Demain, avec l’assurance chômage comme filet de sécurité, ils pourraient être plus nombreux à se lancer.


Voir en ligne : Capital du 12/05/17 par Bruno Declairieux

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux