Egalité filles-garçons et lutte contre les préjugés sexistes : encore un vœu pieux dans certains établissements scolaires

Fédération des conseils de parents d’élèves des écoles publiques
> Egalité filles-garçons et lutte contre les préjugés sexistes : encore un vœu pieux dans certains établissements scolaires

Publié le mercredi 5 avril 2017

Le lycée public Emile Loubet situé à Valence mènerait une politique vestimentaire discriminatoire à l’égard des lycéennes de l’établissement. L’UNL, le SGL et la FCPE dénoncent fermement les dérives sexistes de la part de l’établissement scolaire.

En s’appuyant sur le règlement intérieur du lycée qui stipule que les élèves doivent avoir une “tenue décente”, la Proviseure et son adjointe se permettraient de mesurer, à l’entrée de l’établissement, la longueur des jupes des lycéennes selon ce qu’elles estiment être « décent » ou pas. Celles-ci se voient jugées dès l’entrée au sein de l’établissement sur leur tenue vestimentaire mais également sur leur maquillage.

Pourtant, les établissements scolaires doivent avoir pour rôle de promouvoir l’égalité entre les élèves. Aujourd’hui, le comportement du personnel du lycée Emile Loubet apprend aux lycéennes, qu’avant de pouvoir étudier, elles doivent d’abord correspondre à une certaine idée de ce que doit être une femme. Vivre des discriminations au sein même de son lycée met à mal la construction de l’estime de soi et de l’esprit critique. Le lycée doit protéger les lycéen.ne.s des faits de société comme celui aujourd’hui de l’inégalité entre les femmes et les hommes, du harcèlement de rue ou encore des stéréotypes sur les femmes. Le lycée Emile Loubet les reproduit et apprend aux plus jeunes à cacher leur corps au détriment de leur bien-être, de l’apprentissage du vivre-ensemble et de la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes.

En février 2017, le Haut-conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes pointait le manque de formation des personnels de l’Education nationale à ce sujet, cet épisode en est une triste illustration. L’UNL, le SGL et la FCPE constatent que le cas du lycée Emile Loubet n’est pas isolé. Les élèves ont besoin d’un accompagnement bienveillant des adultes, du respect de leur expression et d’être associés à la vie de leur établissement, notamment à la rédaction du règlement intérieur. Des actions de médiation doivent être mises en place dans cet établissement, mais une prise une conscience est nécessaire dans tous les établissements du second degré.

L’UNL, le SGL et la FCPE soutiennent les mobilisations des lycéen.ne.s du lycée Emile Loubet et exigent l’arrêt de ses mesures sexistes.

L’UNL, le SGL et la FCPE tiennent à rappeler l’importance de l’action des établissements scolaires dans la lutte contre les inégalités Femme - Homme. Un ensemble de mesures doit être pris dans tous les établissements pour promouvoir cette égalité et pour lutter contre le sexisme au quotidien. Il est plus que nécessaire aujourd’hui de défendre un modèle d’école respectueuse des enfants et des jeunes et émancipatrice.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Laurence Guillermou (Fédération des Conseils de Parents d’Elèves)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux