Emplois d’avenir dans le sport : les incompréhensions ne sont pas toutes levées

Publié le lundi 14 octobre 2013

Actualité oblige, les réflexions des participants à la conférence inaugurale des septièmes Rencontres nationales de l’emploi sportif et de loisirs, organisées par la fédération Profession sport et loisirs les 25 et 26 septembre à Anglet, ont essentiellement porté sur les emplois d’avenir. Le moins que l’on puisse dire est que, si le déploiement du dispositif va bon train, de nombreux acteurs du monde sportif demeurent circonspects quant à son utilité dans leur domaine.

Avec 8.000 contrats emplois d’avenir signés à l’heure actuelle dans le champ de compétences du ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, le bilan chiffré est bon. L’objectif de 15.000 signatures à la fin 2014 – soit 10% de l’ensemble des contrats – demeure largement à la portée de la ministre Valérie Fourneyron. Le pari était cependant risqué en début d’année. Au moment du lancement du dispositif, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) avait émis quelques réserves sous une critique générale : le mouvement sportif a besoin de personnes capables de tirer les associations vers le haut, vers la professionnalisation de ses structures, plutôt que d’associations tirant des personnes non formées derrière elles.


Voir en ligne : Localtis du 01/10/13 par Jean Damien Lesay

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux