En pleine crise agricole, la dynamique positive de l’agriculture biologique pourra t-elle tenir ses promesses ?

Fédération Nationale d’Agriculture Biologique
> En pleine crise agricole, la dynamique positive de l’agriculture biologique pourra t-elle tenir ses promesses ?

Publié le mardi 20 septembre 2016

Le réseau des productrices et producteurs bio se mobilise partout en France au mois de septembre : campagne "manger bio et local" du 17 au 25 et salon "la terre est notre métier" les 28 et 29.

Les agricultrices et agriculteurs rejoignent la bio pour s’en sortir

Notre agriculture vit une situation très difficile avec une "crise du lait" révélatrice d’un système à bout de souffle, où les producteurs sont appelés à produire toujours plus pour en vivre toujours moins bien. De nombreux reportages ont fait témoigner des éleveurs et éleveuses en conversion ver la bio et mis en lumière les enjeux techniques et économique de la ferme (autonomie, résilience, adaptation...).

Les conversions se poursuivent à un rythme jamais connu en 2016. On compte par exemple +25% de fermes laitières au premier semestre 2016 en Bretagne... La demande des consommateurs connait une progression à deux chiffres depuis plusieurs années qui s’accélère en 2015 et 2016 sur tous les systèmes de distribution. Il y a bien un "changement d’échelle" en marche qu’il faut saisir collectivement à la hauteur des enjeux qu’il représente pour l’avenir de l’agriculture française.

Est-ce que pour autant la bio pourra remplir ses promesses et représenter une possible succession au modèle conventionnel ?

Il faut accompagner avec de nouveaux moyens le changement d’échelle de la bio

La FNAB s’est réjoui de la position de Stéphane Le Foll fin août d’une consolidation de l’essor de la bio confiée à l’Agence bio (voir CP plus bas). Les productrices et producteurs bio s’engageront dans la concertation pour un plan Ambition bio actualisé. Ils rappelent avant toute chose que les régions, autorités de gestion des aides européennes "conversion" et "maintien" du 2ème pilier de la PAC manquent aujourd’hui d’au moins 120 millions d’euros pour couvrir toutes les demandes en 2015 et 2016. Ils rappelent également à l’Etat, aux régions et autres collectivités locales que la réduction ou la suppression des moyens d’accompagnement des nouveaux bio hypothèque leur réussite compte tenu d’exploitations parfois très éloignées de la bio. C’est le moment d’investir fortement dans l’accompagnement technique des fermes et la structuration des filières bio. Le projet de loi de finances pour 2017 devra soutenir toutes celles et ceux qui ont choisi la bio pour s’en sortir.

Changement d’échelle global, solutions locales, le réseau FNAB propose des temps forts partout en France au mois de septembre pour en débattre ensemble dans le cadre de la campagne "manger bio et local, c’est l’idéal" et du salon national "la terre est notre métier". Nous vous y invitons avec grand plaisir.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vincent Perrot (FNAB)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux