Intrapreneurs sociaux : un cri qui vient de l’intérieur !

Groupe SOS
> Intrapreneurs sociaux : un cri qui vient de l’intérieur !

Publié le mardi 12 février 2013

113ème édition des "Alter Mardis : Parlons solutions", cycle de conférences du Groupe SOS. Evènement en partenariat avec le MOUVES et le Fonds Suez Environnement Initiatives.

En réponse à la crise économique, de plus en plus d’entreprises s’interrogent sur leur empreinte sociale et environnementale, comme en témoignent les efforts portés vers les politiques RSE, le développement des fondations, les achats responsables ou encore le mécénat de compétence... Si ces orientations stratégiques découlent de décisions prises par les directions d’entreprises, certaines d’entre elles peuvent-être impulsées par leurs salariés, soucieux d’innover dans leurs pratiques : ce sont les intrapreneurs sociaux.

L’intrapreneuriat social se définit par la mise en place, au sein d’une entreprise et par l’un de ses salariés, d’un projet à fort impact social, pérenne économiquement et compatible avec le coeur de métier de son entreprise. Visionnaires pour la plupart, ces intrapreneurs se distinguent par leur capacité à identifier un besoin social, lui apporter une réponse innovante, appréhender la culture de l’entreprise au sein de laquelle ils souhaitent porter le projet et souligner l’intérêt qu’elle a à les soutenir.

Face aux succès de certains projets, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s’engager dans la voie de l’intrapreneuriat social, en encourageant de telles initiatives. C’est ce que souligne notamment la première étude française exhaustive de ce sujet en plein essor, publiée par Odyssem et Volonteer : « Intrapreneuriat social : la nouvelle frontière de l’innovation sociale pour l’entreprise ». Témoignages de cet engouement, les initiatives menées par Aquassistance, l’association des collaborateurs de Suez Environnement, visant à rendre l’eau accessible au plus grand nombre, présentée par Sylvain Planchon, ou par Emmanuel de Lutzel qui porte le secteur de la micro-finance pour BNP Parisbas.

Au-delà de la qualité intrinsèque du projet porté par le salarié, se pose la question des conditions nécessaires à sa réussite : à quels intérêts correspondent la décision d’une entreprise de soutenir un intrapreneur social ? Comment mettre les salariés en confiance pour qu’ils prennent la liberté de porter des initiatives ? Comment orienter ces projets vers le cœur de métier de l’entreprise ? Comment son soutien peut-il se traduire concrètement ? En cas d’échec, à qui revient-il la charge de l’assumer ?

La 113ème édition des « Alter Mardis : Parlons solutions », organisée en partenariat avec le Mouvement des entrepreneurs sociaux et le Fonds Suez Environnement Initatives, sera l’occasion de donner la parole aux acteurs de référence de l’intrapreneuriat social afin d’en livrer les facteurs clés de réussite. Nous vous attendons nombreux le mardi 12 février, à 19h00, à la Tour de Suez Environnement.

Vous ne pouvez pas vous déplacer ? Les AMPS viennent à vous en live ! Pour suivre le débat depuis chez vous, rendez-vous le mardi 12 février à 19h30 sur www.altermardis.org/live.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux