L’empathie se révèle être un faux-ami pour votre carrière

Management / Encadrement / Mobilité
> L’empathie se révèle être un faux-ami pour votre carrière

Publié le mardi 18 juillet 2017

Non, l’empathie n’est pas une vertu indispensable au travail et c’est un professeur de psychologie qui le dit.

L’empathie au même titre que la bienveillance ou la loyauté est une star des soft skills. La faculté intuitive de se mettre à la place des autres et de percevoir ce qu’ils ressentent* serait la clé pour comprendre les besoins des clients, prendre des décisions et gérer une équipe de façon efficace et juste. Et pourtant, Against empathy, une recherche publiée par Paul Bloom, un psychologue canadien et professeur à l’université de Yale, vient battre en brèche ce mythe de l’empathie, reine des compétences sociales.

Prendre des décisions biaisées

Selon le chercheur, l’empathie est un sentiment biaisé qui devrait être cantonné à la sphère de l’intime. L’être humain serait plus enclin à exprimer de l’empathie envers des personnes proches de lui culturellement, ethniquement ou attirantes physiquement.


Voir en ligne : Cadre Emploi du 11/07/17 par Quentin Velluet

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux