La France, en pleine réforme de l’asile et de l’immigration, pointée du doigt par le Conseil de l’Europe

Primo Levi
> La France, en pleine réforme de l’asile et de l’immigration, pointée du doigt par le Conseil de l’Europe

Publié le mercredi 18 février 2015

Suite à sa visite en France en septembre 2014, le Commissaire aux droits de l’homme Nils Muižnieks a donné ce matin une conférence de presse au Bureau de Paris du Conseil de l’Europe pour présenter son rapport. Un sévère rappel à l’ordre sur l’accueil réservé aux demandeurs d’asile, auprès duquel le Centre Primo Levi ne peut malheureusement que se ranger.

Une fois de plus, tout est dit. Sauf que cette fois-ci, ce ne sont pas les dizaines d’associations de défense des droits de l’homme et de l’asile qui le disent, mais le Conseil de l’Europe. Le rapport présenté ce matin par le Commissaire aux droits de l’homme n’est nullement flatteur pour la France, dénonçant " des insuffisances graves et chroniques du dispositif national d’accueil des demandeurs d’asile ".

Le Commissaire dénonce premièrement un recours " inadapté et coûteux " au dispositif d’hébergement d’urgence, et " appelle les autorités à permettre l’accès aux CADA de tous les demandeurs d’asile " sans exception. Il pointe en effet du doigt le fait que seuls 33% des demandeurs d’asile aient été admis en CADA en 2014.

Deuxièmement, il encourage les autorités à " mettre rapidement en place l’allocation unique généralisée à tous les demandeurs d’asile prévue par le projet de loi relatif à la réforme de l’asile et à déployer les moyens financiers nécessaires afin que son montant soit suffisant pour garantir un niveau de vie digne et adéquat pour la santé des demandeurs d’asile ". En effet, l’Allocation temporaire d’Attente n’est actuellement pas ouverte à tous les demandeurs d’asile et ne s’élève qu’à 11,20€ par jour et par adulte, les enfants à charge n’étant pas pris en compte dans cette aide.

Troisièmement, le Commissaire dénonce le manque de générosité de la France vis-à-vis des Syriens et l’invite à " lever tous les obstacles qui empêchent les personnes fuyant le conflit en Syrie à demander asile " (obstacles liés principalement à la nécessité de visa). En effet, sur les 3,8 millions de réfugiés syriens, la France n’a accepté d’accueillir que 500 personnes en 2014 et le même nombre en 2015, soit 30 fois moins que son voisin allemand.

Depuis des années, la Coordination française pour le droit d’asile - dont fait partie le Centre Primo Levi - fait le constat alarmant de la précarité extrême d’un grand nombre de demandeurs d’asile.

Au Centre Primo Levi, où 350 personnes victimes de la torture réfugiées en France sont chaque année accueillies et prises en charge par une équipe pluridisciplinaire, l’activité des services sociaux et juridique ne cesse de croître. Là où, dans les premières années de la création du centre de soins (1995-1997), cet accompagnement prévu pour être secondaire se faisait principalement sur des questions d’information générale, d’accès aux soins ou d’aide familiale, ce sont aujourd’hui pour beaucoup des patients déboutés du droit d’asile, sans domicile et mal nourris qui s’adressent à ces services.

Cette insécurité permanente et ces conditions sanitaires déplorables pèsent lourd sur le travail des psychologues cliniciens et des médecins du Centre Primo Levi, qui se sentent de plus en plus impuissants face à des angoisses liées à des situations d’extrême précarité.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nathalie Perramon-Fournial (Primo Levi)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux