« La coopération agricole : entreprendre autrement, ça marche, et depuis longtemps »

La coopération agricole
> « La coopération agricole : entreprendre autrement, ça marche, et depuis longtemps »

Publié le jeudi 16 octobre 2014

Le modèle d’entreprise coopérative, particulièrement puissant en agriculture, reste encore mal connu des Français alors que ses atouts sont majeurs. Ainsi, 450 000 agriculteurs français sont copropriétaires et co-entrepreneurs de 3 000 coopératives agricoles et agroalimentaires qui réalisent ensemble 84,3 Mds € de chiffre d’affaires et emploient 160 000 salariés dans toutes les régions. Sociétés d’Hommes (et non de capitaux), ni opéables, ni délocalisables, elles reposent sur une gouvernance démocratique (« 1 homme, une voix ») et fondent leur projet stratégique sur la performance économique pour servir le long terme et les générations futures d’agriculteurs.

Riche de 150 ans d’histoire, la coopération agricole est l’un des plus anciens représentants du modèle coopératif. Sa solidité est avant tout basée sur la mutualisation des moyens de production, de transformation et de commercialisation, mais aussi sur le réinvestissement des bénéfices dans l’entreprise collective. Aujourd’hui la coopération agricole pèse 40% de l’agroalimentaire français et représente 1 marque sur 3. Leur déploiement à l’international, relais de croissance indispensable, les place aujourd’hui au premier plan européen avec 7 groupes coopératifs français dans le top 20.

Leur différence, basée sur la responsabilité économique et sociale et leur attachement statutaire à leurs territoires, leur permet de maitriser la chaine alimentaire du « champs à l’assiette », tout en intégrant un fonctionnement conforme à leurs valeurs : démarches RSE, démocratie d’entreprise, intégration de jeunes agriculteurs au sein de leur gouvernance, etc.

« ENTREPRENDRE AUTREMENT » : QUELQUES INITIATIVES DE COOPERATIVES AGRICOLES À TRAVERS LA FRANCE

Diversifier ses métiers. La coopérative agricole Charentes Alliance (625 salariés), implantée à Cognac, s’est lancée il y a une dizaine d’années, sur l’idée de l’un de ses adhérents, dans l’aventure du pop-corn. En créant la filiale « Sphère Production », elle a non seulement trouvé un nouveau débouché pour les productions de maïs de ses adhérents, mais s’est en plus imposée comme le leader du secteur en France. Depuis, cette entreprise de 12 salariés fournit les cinémas et la grande distribution avec sa marque Pop Movies, et ne cesse d’innover, avec du pop-corn au chocolat par exemple.

- Porte-parole : Yvette Thomas, Présidente de la coopérative
- Pour aller plus loin : Portrait de Fabrice Thibodeau, adhérent : « Charentes Alliance a le territoire chevillé au corps et reste attachée à la relation humaine, à la proximité »

Impliquer tout le monde dans le développement de l’entreprise. Au sein de la coopérative Terre Atlantique, à Saint-Jean-d’Angély (17), la notion de travail collaboratif n’est pas qu’une philosophie. Il y a 4 ans ont été mises en place des commissions spécialisées (semences, investissement, services, comptabilité, communication, etc.) rassemblant salariés et adhérents spécialistes du sujet concerné. Chaque commission travaille sur des problématiques qui la concernent, et un cadre référent se charge de restituer les travaux au conseil d’administration. Les décisions de celui-ci sont ainsi plus précises, plus réactives et répondent plus concrètement aux attentes des effectifs.

Innover durablement. Le groupe coopératif Limagrain (9 000 salariés, 2 000 adhérents), ancré à Saint-Beauzire en Auvergne, est à la pointe de l’innovation écologique. En juin 2013, il a inauguré la 1ère chaudière à rafles de maïs d’Europe. D’une puissance de 3,5 tonnes de vapeur par heure, elle est alimentée en rafles de maïs, reliquat des productions des agriculteurs-adhérents. Chaque année, ce sont ainsi 4 000 tonnes de ces produits qui sont transformées en énergie, permettant à la coopérative de diminuer sa facture énergétique, tout en réduisant son empreinte carbone de plus de 2 600 tonnes de CO2.

- Porte-parole : Jean-Yves Foucault, Président de la coopérative
- Pour aller plus loin : Le pain sans huile de palme de Limagrain

Durer et réussir. La coopérative d’approvisionnement Coopavar fête ce mois-ci ses 110 ans d’existence ! Ancrée en région PACA, la petite entreprise (145 adhérents), malgré son grand âge, reste jeune, puisqu’elle s’est lancée il y a quelques années dans le bio, ce qui lui a permis d’atteindre des résultats record. « Super-centenaire », mais pas pour autant coupée des demandes des consommateurs…

Responsabiliser pour grandir. « La coopérative de demain, ce sont les jeunes » : tel est le credo de la coopérative Noriap, déployée entre la Picardie et la Seine-Maritime, réunissant 5 000 adhérents, 550 salariés, et qui place ses jeunes exploitants au cœur de son modèle de gouvernance. Une partie de ces derniers se réunissent en effet au sein de la « Commission Jeune », usine à idées dont les travaux sont remis au conseil d’administration afin élaborer des propositions et des orientations pour le développement de la coopérative. Sécurisation du revenu des jeunes exploitants, formation à la gestion d’exploitation, accompagnement sur 5 ans à l’installation pour les jeunes… Autant d’innovations nées au sein de la commission et mises en chantier par le Conseil d’Administration. Responsabiliser par l’action concrète, voilà le crédo, typiquement coopératif, de Noriap.

Innover pour tous. Dijon Céréales est un groupe coopératif céréalier basé à Longvic (21), et qui place la recherche et l’innovation au cœur de son modèle économique. Particulièrement vigilant quant à la pérennité de ses activités, le groupe cherche à suivre et surtout à anticiper les attentes du marché. C’est dans les laboratoires de son pôle de compétitivité Vitagora qu’a ainsi été mis au point le pain G-Nutrition, naturellement riche en protéines, vitamines et oligo-éléments, et qui permet de lutter contre la dénutrition des personnes âgées. Et l’innovation ne s’arrête jamais, puisque le groupe coopératif travaille actuellement à un pain similaire à destination des enfants.

- Pour aller plus loin : portrait de Marc Patriat, Président du groupe coopératif : « J’ai toujours voulu préparer ce qui allait venir après moi »

Faire renaitre le terroir régional. La production du haricot tarbais, dans les années 80, sous l’impulsion d’agriculteurs-coopérateurs soucieux de transmettre une richesse d’antan, est relancée. Près de 30 ans plus tard, la coopérative regroupe aujourd’hui 64 adhérents, emploie 20 personnes et commercialise 130 tonnes de haricot chaque année. Reconnaissance ultime de cette réussite régionale, le Haricot Tarbais est devenu en 1997 le premier haricot distingué par un Label Rouge. Et c’est en 2000 qu’une Indication Géographique Protégée (IGP) le conforte dans la zone strictement délimitée où sa culture s’épanouit et fait vivre les producteurs.

Exporter grâce à la qualité et au savoir-faire. Blue Whale (82) est le 1er opérateur fruiticole français. Depuis sa création en 1950, l’export est la clé de voute de la stratégie de cette union de coopératives. Elle a misé à la fois sur la qualité de ses produits, choyés par ses 200 producteurs, mais également sur sa capacité à s’adapter à chacun des 70 pays dans lesquels elle exporte ses fruits, en particuliers ses 14 variétés de pommes.

- Porte-parole : Alain Vialaret, Président de la coopérative

L’accompagnement de ses adhérents, clé de la réussite. Qualisol (82) est une coopérative d’approvisionnement et de transformation qui s’est lancée très tôt dans l’aventure du bio. Dès les années 2000, elle a choisi d’accompagner ses producteurs dans la conversion au bio, qui réclame un fort investissement dans les premières années. Conseil et formation, création d’un silo dédié au bio, création d’un circuit d’approvisionnement et de distribution… Sans la coopérative, la transition n’aurait pas été possible, aussi bien sur le plan matériel que moral. Du temps, de la volonté, de la solidarité et de l’énergie collective ont permis la naissance de ce projet exemplaire.,

- Pour aller plus loin : portrait de Hervé Magnié, administrateur : « On est même victimes de notre succès. »

EN RESUME : LES CHIFFRES-CLES DE LA COOPERATION AGRICOLE
· Les 3 000 entreprises coopératives représentent 40% de l’agriculture et de l’agroalimentaire français.
· 84,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés en 2013.
· 7 groupes coopératifs français sont classés dans le Top 20 européen et en représentent 28% du chiffre d’affaires total.
· 160 000 salariés et 440 000 agriculteurs (3 sur 4).

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ophélie Rota (La coopération agricole)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux