La relativité culturelle de la vérité

Management / Encadrement / Mobilité
> La relativité culturelle de la vérité

Publié le mardi 23 mai 2017

Travailler dans les domaines de la responsabilité sociale implique de travailler simultanément du point de vue légal ou des règles, mais aussi du point de vue culturel. J’utilise généralement l’exemple ci-dessous pour l’illustrer. Nous avons des auditeurs de différentes origines. Ils travaillent généralement dans leur propre pays (pour être en phase avec la culture locale). Mais de temps en temps, ils se déplacent. Un jour, une auditrice de Suisse vint en Chine. Pendant l’audit elle indiqua qu’il y avait un important problème dans la cantine de l’usine, car la cuisine était sale. Cependant, l’auditeur chinois déclara que la situation était correcte, peut-être pas la meilleure cuisine, mais il aurait mangé dans cette cantine sans hésiter. Quelques mois plus tard, l’auditeur chinois alla en Inde. Pendant l’audit il indiqua qu’il y avait un problème important avec la cantine, car la cuisine était trop sale. Pourtant l’auditeur indien signala que la situation était acceptable, et qu’il aurait mangé dans cette cantine sans hésiter. Peut-on considérer que seule l’auditrice suisse était correcte ? Mais dans ce cas, que faisons-nous d’au moins 2,5 milliards d’êtres humains qui mangent dans des conditions inacceptables ? Ou était-ce uniquement l’auditeur indien qui avait raison ? Mais dans ce cas, la plupart des endroits du monde font beaucoup trop en termes d’hygiène. En fait, chacun était juste dans son propre pays. Des sujets tels que la propreté et la saleté sont en fait des valeurs culturelles telles que définies par Geert Hofstede et non pas des valeurs universelles.

Dans ce cas, comment pouvons-nous éviter le biais culturel pendant les audits ? Que devrait être la conformité sociale si nous souhaitons éviter de vérifier des valeurs importantes pour une culture, mais pas pour une autre ? Les références faites aux lois locales dans les critères d’audit sont bien sur un outil évident puisque les lois sont censées être une part de la culture. Mais dans ce cas, nous devons les interpréter correctement, c’est-à-dire selon la culture locale. Les lois sont en effet écrites par des gens faisant partie de la culture locale, plus ou moins individualiste, plus ou moins inquiets des incertitudes et recherchant donc des règles universelles ou au contraire des orientations générales interprétées au cas par cas. Je recommande la lecture de Trompenaars pour approfondir ces questions. Mais dans tous ces cas, nous revenons à notre question initiale, sur quoi devons-nous baser les outils de la conformité sociale (code de conduite, critères₎…) pour éviter ces biais.


Voir en ligne : La suite sur le site d’origine...

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux