Le FONJEP s’engage activement dans la lutte contre le temps partiel subi dans les métiers de l’animation

La Ligue de l’Enseignement
> Le FONJEP s’engage activement dans la lutte contre le temps partiel subi dans les métiers de l’animation

Publié le vendredi 22 novembre 2013

Pour lutter contre le travail partiel subi, Le FONJEP lance, à titre expérimental, l’appel à projet TPS (ou
comment lutter contre le Temps Partiel Subi). Sur ses fonds propres, le FONJEP soutient les associations
qui souhaitent salarier leurs intervenants un plus grand nombre d’heures.

Cette expérimentation, vivement soutenue par Madame la Ministre, Valérie Fourneyron, Ministre des
Sports, de la Jeunesse, de l’Education Populaire et de la Vie Associative, prend la forme d’un appel à
Projet auprès des acteurs de la vie associative centrée sur l’animation des territoires.

Pourquoi cette expérimentation ?

Si les emplois dans le secteur associatif connaissent une bonne dynamique (1 800 000 salariés exercent
une activité salariée dans une association, soit environ 9% des salariés), cette réalité cache de nombreux
emplois précaires. Le travail à temps partiel, souvent subi, est ainsi très développé dans les associations
(ces 1 800 000 salariés représentent seulement 1 200 000 emplois ETP (Equivalent Temps Plein)). C’est
encore plus vrai dans le secteur Jeunesse et Education Populaire : ce dernier représente près de 680 000
emplois mais seulement l’équivalent d’environ 330 000 ETP.

Comment fonctionne cet appel à projet ?

Pour une durée de 2 ans, cette subvention à l’employeur prendra la forme d’une aide exceptionnelle non
reconductible permettant de financer l’optimisation du temps de travail de la personne salariée en vue
de soit :
- améliorer la qualité du service : optimisation du temps de face-à-face et préparation de travail ;
- participer à une meilleure intégration de la personne dans l’association (ex. : formation).

Quels objectifs ?

Grâce à l’accroissement du nombre d’heures de travail :
- Le départ en formation des salariés (H/F) est favorisé et donc leur évolution professionnelle.
- Le salarié est plus investi dans la structure.
- Le salarié est stabilisé dans son poste et s’inscrit durablement dans l’emploi.
- Le salarié voit son niveau de vie et son pouvoir d’achat augmenter.
- L’association bénéficiaire développe ses activités et accroit la qualité de ses prestations.

Pour en savoir plus sur les rédacteurs :
Le Fonds de Coopération de la Jeunesse et de l’Education populaire, plus connu sous le nom de FONJEP,
est né de la volonté de l’État et des associations de jeunesse et d’éducation populaire pour faire évoluer
l’offre associative face à une demande grandissante d’activités récréatives dans le secteur de l’animation.

Le FONJEP a deux fonctions principales :
- Collecter et reverser les fonds de l’Etat destinés à la rémunération des personnels des associations
et à l’indemnisation des volontaires de solidarité internationale.
- Développer de nouveaux programmes, via son propre fonds associatif, pour favoriser le
financement du développement de la vie associative.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Caroline Savoie (La ligue de l’Enseignement)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux