Le sexisme au travail, de l’ombre à la lumière

Management / Encadrement / Mobilité
> Le sexisme au travail, de l’ombre à la lumière

Publié le lundi 21 mars 2016

Des chercheurs réunis dans un colloque organisé en février 2016 par le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle tentent d’identifier les manifestations et les effets du sexisme sur les salariés.

18 novembre 1965, université de Lancaster, Pennsylvanie (États-Unis). Pauline Leet, jeune enseignante, utilise pour la première fois le terme « sexisme » face à ses étudiants. Elle désigne ainsi le comportement d’historiens qui n’évoquent pas dans leurs travaux les femmes. Le terme est forgé par analogie au racisme, ce dernier se définissant comme l’idéologie de la supériorité d’une race sur les autres (1). Dans les deux cas, on se fonde sur un attribut physique visible (le sexe ou la couleur de peau) pour attribuer à un individu des attitudes souvent dévalorisantes, supposées à tort communes à ceux qui partagent cet attribut physique. Le sexisme repose sur des stéréotypes.


Voir en ligne : Sciences Humaines du 18/03/16 par Maud Navarre

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux