Les DS CFE CGC des OPCA constatent les difficultés liées à l’ANI et la loi de 2014 sur la formation professionnelle

Confédération Générale des Cadres
> Les DS CFE CGC des OPCA constatent les difficultés liées à l’ANI et la loi de 2014 sur la formation professionnelle

Publié le mercredi 7 octobre 2015

Les DS CFE CGC des OPCA, réunis le 25 Septembre 2015, ont fait le constat ci-dessous. Ils réclament que les partenaires sociaux, gestionnaires des OPCA et les pouvoirs publics, instigateurs de la loi de Mars 2014, mettent en place tous les moyens pour permettre aux salariés des OPCA de :
- Disposer des moyens pour accompagner la mise en œuvre de la réforme.
- Faciliter l’adaptation du personnel, par la formation, l’accompagnement ou la reconversion.
 
L’ANI et la Loi de 2014 : un chamboulement prévisible de la formation professionnelle. Les signataires de l’ANI comme le pouvoir politique doivent assumer les conséquences de leurs décisions !

La réforme de 2014 a pour effet :
- Une collecte Formation des OPCA probablement amputée d’au moins 1 milliard d’euros.
- La profonde et brutale modification du rôle des OPCA et des métiers de leurs salariés.
- L’incohérence entre une mission de « service public industrialisée » (centralisation et dématérialisation tout azimut) d’une part et d’autre part, de Conseil auprès des TPE/PME exigeant une forte présence sur le terrain.
- De nouvelles missions (collecte unique, incluant la Taxe d’apprentissage, action sur l’offre de formation….)

Le tout, dans un contexte d’étranglement financier par le biais des COM, et d’étouffement bureaucratique dû aux multiples exigences et au pointillisme de nos co-financeurs.

Cette réforme a un impact particulièrement fort sur les OPCA qui, hier, accompagnaient les entreprises et, aujourd’hui, sont contraints de « tracer », contrôler, croiser les chiffres, développer les missions au gré de la volonté du pouvoir politique, jongler avec 13 sections comptables, des délais de reversements restreints et des dispositifs formation en perpétuel changement.

Même si peu d’OPCA l’affichent encore, le risque est qu’ils se vident de leur substance, devenus simples re-distributeurs des fonds collectés auprès des entreprises, provoquant le départ de nombre de salariés, pas toujours volontaires, au détriment des entreprises qu’ils gèrent.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Joanna Henni (Fieci CFE-CGC)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux