Les aides financières à la garde des enfants favorisent-elles l’activité féminine ?

Politique de l’emploi
> Les aides financières à la garde des enfants favorisent-elles l’activité féminine ?

Publié le vendredi 5 septembre 2014

La présence de jeunes enfants a un effet important sur l’activité féminine. Les mères conservent très majoritairement une activité professionnelle après la naissance de leur premier enfant, mais les arrêts d’activité sont plus fréquents après le deuxième et surtout le troisième enfant. Ces arrêts d’activité peuvent refléter des choix personnels mais aussi des contraintes liées à la disponibilité et au coût des modes de garde.

Or le coût net pour les familles de la garde d’enfants a nettement diminué en 2004, avec la création de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje). Celle-ci s’est traduite par une hausse importante des aides à la garde des enfants et une extension des droits à une allocation de base pour les parents de jeunes enfants. Sa mise en place a été progressive, ce qui a créé des écarts temporaires de droits à prestations selon l’année de naissance des enfants. Ces écarts permettent ainsi d’isoler l’impact du coût de la garde des enfants des autres facteurs influant sur l’activité des mères de jeunes enfants et le choix de recourir à une garde payante.


Voir en ligne : INSEE par Pauline Givord (Insee, Division des méthodes appliquées de l’économétrie et de l’évaluation) et Claire Marbot (Insee, Division redistribution et politiques sociales)

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux