Les médecins du travail ne pourront plus témoigner du burn out

Confédération Générale des Cadres
> Les médecins du travail ne pourront plus témoigner du burn out

Publié le vendredi 4 mars 2016

Le projet de loi de Mme El Khomri ne permettra plus aux médecins du travail de témoigner de la réalité de ce qui se passe dans les entreprises : il faut faire taire ces gêneurs ! Pour faire baisser la fièvre cassons le thermomètre !
Le tertiaire et l’encadrement ne bénéficieront plus de la médecine du travail !

La loi El Khomri dans son chapitre 5 démantèle la possibilité des salariés de contacter facilement le médecin du travail et donc de lui signaler ses problèmes comme les nouvelles maladies tel que le burn out, le harcèlement, les risques psycho sociaux, les effets non encore reconnus de certains produits chimiques (nanomatériaux, pesticides, rayonnements etc..) :
- elle supprime le premier contact par la suppression de la visite d’embauche
- elle met en place un système de suivi qui sera sous l’emprise des directions patronales pour organiser un contact avec les salariés tous les cinq ans comme le prévoit le rapport Issindou. Dans les faits compte tenu de la situation cela désorganisera la médecine du travail et empêchera l’accès des salariés aux médecins.

Subrepticement ce projet de loi va transformer les médecins du travail de veilleurs en pompiers et de protecteurs en contrôleurs

De veilleur en pompier : dans le concret d’application du texte l’accès de tous les salariés au médecin du travail est cassé et détourné
De protecteur en contrôleur : les médecins du travail ne verront que les sujets à risque pour eux mêmes mais aussi , et c’est la nouveauté, pour la sécurité des tiers c’est à dire des clients, des passants pour peu qu’ils soient dans l’environnement proche ! On ne peut être contrôleur et confident, c’est contradictoire, le conseil d’état l’a déjà jugé (N°279632) !

Habilement ce projet de loi laisse aux employeurs la gestion des services de santé au travail et la décision du nombre de médecins nécessaire, la conclusion est immédiate et déjà dans les faits : les pressions et menaces de licenciement de médecins du travail commencent !

L’université participe à cet étranglement par une politique de resserrement des formations : 94 médecins en exercice sur paris avaient postulé pour devenir médecins du travail seuls 21 ont été retenus sous des prétextes fallacieux. Il est plus facile pour un ministre de changer de ministère que pour un médecin changer de spécialité.

La CFE-CGC santé au travail dénonce ce démantèlement qui va affaiblir la protection des salariés et aggravera les conditions de travail pour le tertiaire et l’encadrement c’est à dire 80% des emplois.

La CFE-CGC santé au travail s’opposera au démantèlement de la médecine du travail !

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Pierre Jan (CFE CGC)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux