Livre "La souveraineté numérique"

Livres sur internet, les réseaux sociaux et les logiciels libres
> Livre "La souveraineté numérique"

Publié le mardi 15 avril 2014

« La mondialisation a dévasté nos classes populaires.
L’Internet va dévorer nos classes moyennes.

La grande dépression que nous connaissons depuis cinq ans n’est qu’un modeste épisode en comparaison du cataclysme qui s’annonce.
La France et l’Europe n’ont aucune maîtrise sur cette révolution.
L’Internet et ses services sont contrôlés par les Américains.
L’Internet siphonne nos emplois, nos données, nos vies privées, notre propriété intellectuelle, notre prospérité, notre fiscalité, notre souveraineté.

Nous allons donc subir ce bouleversement qui mettra un terme à notre modèle social et économique.

Y a-t-il pour nous une alternative ?
Oui.

L’ambition de ce travail est de nous en donner la chance. »

Extrait La souveraineté numérique

En 2011, je publiais en ligne un premier texte sur la souveraineté numérique, édité ensuite par la revue Le Débat, où, parlant des données informatiques personnelles, j’écrivais :
Les Français et les Européens transfèrent massivement leurs données personnelles sur le continent nord-américain. La France fait partie certainement des premiers exportateurs mondiaux de vie privée.
Les carnets d’adresses, les listes d’amis, les messages intimes, les photos, les secrets, les ombres et le reste sont stockés sur des serveurs à dix mille kilomètres de nous et répondant de la compétence du tribunal de Sacramento.
Nous avons accepté des contrats que nous n’avons jamais lus, aux clauses obscures et changeantes par ailleurs. Nous avons cédé les droits et la propriété de souvenirs, d’images, de notre passé, de nos pensées à des sociétés de services informatiques sur un autre continent régi par un autre droit, une autre langue et sur lequel la moindre procédure judiciaire est d’un coût dissuasif. Nous avons fait preuve là d’une ingénuité aussi paradoxale que la phobie du réseau de la fin des années 1990.
Comment a-t-on pu laisser faire cela sans s’en rendre compte un seul instant ?
Et c’est grave. Qui peut croire, une seconde, à la confidentialité des données collectées et stockées sur ces services ? Il est fort à parier que nous apprendrons qu’ils étaient en accès ouvert aux autorités policières et aux services de renseignements publics et privés - d’ailleurs en étroite coopération - de leurs nations d’hébergement. Il est probable que les échanges d’informations entre ces entités publiques et commerciales sont fréquents et fructueux.
Deux ans plus tard, en 2013, éclatait l’affaire Snowden qui confirma ces lignes avec une ahurissante ampleur. Les révélations de cet ancien agent du renseignement américain mirent brutalement au jour notre vulnérabilité, notre inconscience, notre dépendance, notre impuissance et, finalement, la résignation de nos élites quant à la défense de nos libertés et de nos intérêts sur les réseaux numériques. C’est précisément contre cette démission que j’avais lancé l’alerte et popularisé l’expression de souveraineté numérique.
La souveraineté est, pour une nation démocratique, l’expression sans entrave sur son territoire de la volonté collective de ses citoyens. Le peuple se détermine et fait ses choix par lui-même, sans subordination ni dépendance envers une autorité étrangère. Les seules limitations du pouvoir populaire proviennent du droit international et des traités. L’État moderne est l’incarnation de cette autonomie et de cette indépendance. Au service et sous le contrôle des citoyens, il est le garant ultime de leurs droits et donc de leur liberté. La souveraineté s’exprime sur un territoire : sur une zone définie, tout répond de la règle collective. Les personnes, produits et services entrant dans le pays se conforment à la réglementation en vigueur, et la loi s’impose à tous. Des jouets d’enfants au franchissement de l’espace aérien, le principe s’applique... Sauf pour les réseaux numériques !

Revue de presse

« Notre pays a livré sa souveraineté numérique sans débat et sans combat. C’est une catastrophe » : l’auteur de ces lignes n’est pas un fameux décliniste abonné aux unes du Point, mais un entrepreneur bien connu de la bande FM. Le patron de Skyrock, Pierre Bellanger, n’admet pas cette « étrange défaite » qui ne dit pas son nom. Il en a fait un livre-manifeste. Lucide, il constate que les superpuissances du Web comme Google, Facebook ou Amazon contrôlent aujourd’hui l’Internet comme autrefois l’Empire britannique régnait sur les océans. Et ces « résogiciels » travaillent évidemment main dans la main avec « le complexe militaro-numérique » américain. (Jean-Christophe Féraud - Libération du 2 février 2014)

Détails sur le produit

Broché : 264 pages
Editeur : Stock (15 janvier 2014)
Collection : Essais - Documents
Langue : Français
ISBN-10 : 2234077354
ISBN-13 : 978-2234077355
Dimensions du produit : 21,4 x 13,4 x 2 cm

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

L’ESS toujours plus NET(te) !

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux