Loi de finances rectificative : la suppression de la prime pour l’emploi ne peut s’effectuer sans garantie sur le dispositif qui s’y substituera

Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale
> Loi de finances rectificative : la suppression de la prime pour l’emploi ne peut s’effectuer sans garantie sur le dispositif qui s’y substituera

Publié le mercredi 19 novembre 2014

Le projet de loi de finances rectificative, soumis dans les prochains jours au vote des députés, prévoit la suppression de la prime pour l’emploi (PPE). Instauré il y a dix ans, ce complément de salaire aide plus de 5 millions de salariés modestes. La suppression de cette aide dans le budget 2015 n’est acceptable que si elle s’articule avec une réforme globale de l’aide aux travailleurs pauvres.

La France compte 2 millions de travailleurs pauvres, dont les ressources sont inférieures à 987 euros par mois. Pour soutenir leur pouvoir d’achat et valoriser l’emploi, les associations de solidarité demandent depuis 2013 une fusion du RSA activité (dont le non recours atteint 68 %) et de la prime pour l’emploi permettant la création d’une aide individuelle ouverte dès le premier euro de revenu d’activité et dès 18 ans, avec un montant stable et des modalités de versement simplifiées.

Nous demandions également que cette réforme ne fasse aucun perdant parmi les ménages vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Le 14 octobre, le Président de la République a réaffirmé devant les associations de lutte contre l’exclusion la nécessité de réformer le RSA activité et la prime pour l’emploi en les fusionnant, sur la base des propositions de la commission présidée par le député Christophe Sirugue. Pourtant, la loi de finances rectificative acte la suppression de la PPE et n’organise pas la fusion avec le RSA activité, réforme tant attendue par les personnes précaires.

Le gouvernement ne peut pas supprimer la PPE sans indiquer quel est le dispositif qui s’y substitue pour garantir le pouvoir d’achat des plus modestes. La FNARS demande donc au gouvernement un engagement clair pour lutter contre la pauvreté au travail ainsi qu’un calendrier de réforme.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Céline Figuière (FNARS)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux