Mesures d’économie : le patronat au pied du mur

Confédération Française des Travailleurs Chrétiens
> Mesures d’économie : le patronat au pied du mur

Publié le vendredi 18 avril 2014

Une semaine après son discours de politique générale, le Premier ministre a dévoilé hier, le détail du plan de 50 milliards d’euros d’économies. Concernant le débat relatif aux compensations des allègements de cotisations prévus dans le cadre du pacte de responsabilité, la CFTC a toujours privilégié la voie des économies de dépenses plutôt que celle d’une hausse des prélèvements devenue insupportable pour les ménages. Elle a également exprimé sa crainte que ces mesures d’économie budgétaire conduisent directement ou indirectement à un transfert de charges sur ces mêmes ménages.

Quelques annonces du Premier ministre vont ainsi dans le bon sens : rationalisation des agences de l’État ; suppression pour les collectivités locales de la clause de compétence générale ; amplification des réformes structurelles dans le domaine de l’assurance maladie (mieux organiser le parcours de soins, développement de la chirurgie ambulatoire...)...

En revanche, et malgré les mesures prises pour les plus modestes (réduction d’impôts dès juin en faveur des contribuables les plus modestes ; préservation des minimas sociaux et des pensions de retraite pour les plus modestes...), certaines annonces paraissent, elles, aller à l’encontre du double engagement du gouvernement de préserver le modèle social et le pouvoir d’achat des Français.

Ainsi, le gel des retraites, des prestations sociales, du point d’indice des fonctionnaires (si l’inflation est faible, elle n’est pas nulle), et une probable hausse des impôts locaux induits par la moindre dotation aux collectivités locales, contribueront à une baisse effective du pouvoir d’achat, déjà aggravée par les diverses augmentations annoncées ou en cours : prix de l’électricité, part imposable des mutuelles...

Autant de mesures dont les effets directs ou indirects représentent un risque réel de transfert de charges sur les ménages. La CFTC s’inquiète d’une anticipation par les ménages de ce risque, ainsi que des conséquences prévisibles de cette anticipation, à savoir une baisse de la consommation. Cette dernière retarderait le retour à la croissance et ses effets attendus sur les comptes sociaux.

Pour la CFTC, toutes ces mesures n’ont de sens, que si le patronat crée de l’emploi, comme il s’y était engagé en signant le relevé de conclusion relatif au Pacte de responsabilité. Dans le cas contraire, la CFTC demandera que les allègements de cotisations pour les entreprises soient revus à la baisse.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Laetitia Barthelemy (CFTC)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux