Négociation formation professionnelle : la CFTC signe l’accord

Confédération Française des Travailleurs Chrétiens
> Négociation formation professionnelle : la CFTC signe l’accord

Publié le mercredi 18 décembre 2013

La commission exécutive de la CFTC réunie lundi 16 décembre a décidé de signer l’accord issu de la négociation sur la formation professionnelle. La CFTC qui poursuivait plusieurs objectifs de départ se félicite que ce nouvel accord les remplisse en grande partie.

Elle abordait cette négociation comme le prolongement des ANI de 2003 et 2009, reprenant ainsi sa proposition inscrite dans son rapport programme, que chaque salarié puisse s’élever d’au moins un niveau de qualification au cours de sa carrière. Le compte personnel de formation (CPF) est l’un des moyens pour y parvenir.

Suite à l’ANI de janvier 2013, la CFTC désirait donner de la consistance au CPF à travers deux axes : qu’il soit universel et attaché à la personne donc transférable : c’est chose faite. De même, elle demandait un financement dédié afin de pouvoir faire vivre et activer plus rapidement ce compte, et elle l’a obtenu.

La CFTC se félicite que le CPF puisse bénéficier à toutes personnes dès la sortie de leurs études : elle défendait cette idée depuis de nombreuses années, notamment à travers la création d’un chèque formation. En revanche, elle regrette que son ambition n’ait pas été partagée sur un point : faire bénéficier de ce compte au salarié au-delà de la retraite, afin de développer l’engagement associatif.

La CFTC est également satisfaite d’avoir été entendue sur sa proposition d’une Gestion prévisionnelle des emplois au niveau territorial, qu’elle défendait ardemment (GPECT). Aujourd’hui, les besoins de formation pourront être ainsi identifiés dans chaque bassin d’emploi, via un rôle accru des branches professionnelles.

Autre grande avancée issue de cet accord : le caractère transférable du CPF, qui permettra aux demandeurs d’emploi de se former davantage qu’aujourd’hui. De plus, le plafond du CPF est fixé à 150 heures au lieu des 120 heures anciennement pour le DIF.

Pour finir, cet accord met en place le Conseil en évolution professionnelle qui paraissait indispensable à la CFTC pour faciliter l’accès à la formation. Il permettra à tous, quelle que soit la zone géographique, de la sortie des études et jusqu’au départ à la retraite de bénéficier à titre gratuit d’un conseil en évolution professionnelle (identification des aptitudes ou compétences pour aider à l’orientation).

L’ensemble de ces dispositions répond à l’objectif de favoriser l’accès des salariés des TPE PME à la formation, via notamment l’accompagnement des OPCA.

La CFTC satisfaite de cet accord, souhaite concrétiser rapidement une réflexion sur la VAE (validation des acquis d’expériences) et le bilan de compétence, comme prévu dans les annexes de l’accord, afin de parvenir à un système de formation optimal.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Laetitia Barthelemy (CFTC)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux