Observatoire des politiques publiques : Les Français et l’économie sociale et solidaire

Economie Sociale
> Observatoire des politiques publiques : Les Français et l’économie sociale et solidaire

Publié le vendredi 27 mars 2015

Relativement mal connue du grand public, l’économie sociale et solidaire (ESS) bénéficie cependant d’un a priori plutôt positif, notamment s’agissant de sa contribution potentielle à la réduction du chômage.

Invités à donner une note de 1 à 5 pour évaluer le vivier d’emplois que l’ESS recèle, les interviewés s’accordent sur une note moyenne de 2,7. L’optimisme est plus fort à gauche qu’à droite, mais relativement élevé dans toutes les couches de la population.

L’engouement est réel, dans la mesure où 51% des personnes interrogées déclarent qu’elles pourraient envisager demain de travailler dans ce secteur.
Ce pourcentage moyen varie bien entendu considérablement selon la situation personnelle. On note ainsi que les plus jeunes, en particulier la tranche d’âge des 25-34 ans, encore en phase de construction de leur carrière professionnelle, sont les plus nombreux à imaginer une telle orientation (63%), les séniors n’étant toutefois pas en reste (le taux atteint les 53% parmi les 50-64 ans, catégorie générationnelle confrontée à des difficultés d’emploi désormais bien identifiées).

Il est frappant de constater que l’intérêt pour l’ESS touche quelle que soit la profession, en se hissant à un plus haut niveau pour des CSP se situant aux deux extrémités de l’échelle sociale (61% des professions libérales ou cadres supérieurs pourraient être tentés par l’ESS, de même que 63% des ouvriers).

Les raisons motivant une possible carrière dans l’ESS sont clairement visibles : les personnes intéressées citent en effet à 61% le fait d’appartenir à une entreprise qui répartit équitablement les richesses.

A ce besoin de justice sociale au sein de l’entreprise, s’ajoute une autre dimension : 51% des interviewés évoquent l’envie de donner plus de sens à leur travail. Au-delà de ces deux composantes essentielles au bien-être du salarié, qu’il n’est pas étonnant de trouver en haut des réponses données, le gain salarial potentiel est peu mentionné, de même que l’efficacité du secteur, sa professionnalisation, ou encore le style managérial différent qu’on pourrait y expérimenter.

PDF - 1.1 Mo
Sondage Ifop pour Acteurs Publics (Mars 2015)

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux