Patrick Lenancker : « La reprise en Scop se heurte encore à certaines représentations »

Confédération Générale des SCOP
> Patrick Lenancker : « La reprise en Scop se heurte encore à certaines représentations »

Publié le mercredi 14 septembre 2016

Patrick Lenancker appelle le système de formation, les intermédiaires financiers ainsi que les pouvoirs publics à mieux intégrer le modèle coopératif dans les schémas de reprise d’activité.

Pourquoi avoir lancé récemment une campagne sur les transmissions d’entreprise ?
Patrick Lenancker C’est d’abord une question d’image. On associe les Scop aux entreprises défaillantes que les salariés tentent de sauver. Mais ces reprises ne représentent que 6 % du nombre total de Scop. Les créations d’activité ex nihilo pèsent, elles, 68 % et les transmissions d’entreprise 26 %. La Scop est un modèle d’entreprise qui est aussi adapté à la reprise d’entreprise saine. D’autre part, un nombre significatif de gérants d’activité ont plus de 55 ans. Une majorité trouve un successeur. Mais d’autres sont contraints de mettre la clé sous la porte faute de repreneur, alors que leur entreprise est en bonne santé économique. Or, dans un pays moderne, on peut imaginer que les salariés sont à même de réfléchir à un projet de reprise.


Voir en ligne : L’Humanité du 06/09/16 par S. G

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux