"Pôle emploi, ne quittez pas !" film de Nora Philippe

Chômage
> "Pôle emploi, ne quittez pas !" film de Nora Philippe

Publié le mardi 23 septembre 2014

Note de l'article

Dans un Pôle emploi du 93, quarante agents font face à quatre mille demandeurs d’emploi. Samia, Corinne, Thierry, Zuleika doivent soutenir et surveiller, faire du chiffre, obéir aux directives politiques et aux injonctions de communication, trouver du travail là où il n’y en a pas. C’est la vie d’une équipe qui a intégré
l’impossible à son quotidien.

Comment est né ce projet ?

J’ai commencé à l’écrire en mai 2010, peu après être allée pour la première fois de ma vie dans une agence Pôle emploi. La fusion venait d’avoir lieu et les employés semblaient perdus. Je me suis dit qu’il y avait vraiment un film à faire en découvrant que cet établissement employait 50,000 salariés et que 3,5 millions de personnes en France avaient affaire à eux. J’ai voulu aller voir de plus près, comprendre comment cela fonctionnait.

Pourquoi Pôle emploi précisément ?

Pôle emploi m’intéresse parce qu’il gère une situation par définition inextricable et composite, et par là même offre un prisme de lecture passionnant sur notre société française contemporaine, prise à la fois dans une tradition bureaucratique et étatique forte, et dans l’économie de marché mondialisée.
Pôle emploi est à ce carrefour, donc à un endroit littéralement impossible. En se postant dans un Pôle emploi, on peut interroger à la fois le fonctionnement d’une grande et lourde institution française, l’infléchissement de l’administration publique vers des techniques de management et un lexique issus du privé, la relation de la société française au travail, le poids du politique sur la question du chômage, et la crise économique globalisée ! Dans l’agence où j’étais, à ce faisceau d’axes s’ajoutaient des considérations sociales spécifiques : la pauvreté, la précarisation de la classe moyenne, le plafond de verre que rencontre la jeunesse des banlieues, un système d’intégration totalement grippé, et globalement ce qu’on appelle les freins périphériques à l’emploi, notamment pour les populations issues de l’immigration
et les femmes.
Par ailleurs, je me suis rendu compte qu’aucun film jusqu’ici n’avait été réalisé de manière vraiment documentaire à Pôle emploi. Tout restait à faire, contrairement aux tribunaux, aux hôpitaux ou aux écoles, lieux extrêmement visités par le cinéma
documentaire.

Etes-vous partie avec une idée pré-conçue, une thèse à défendre ?

Non. Mais on ne va jamais voir ce qui fonctionne parfaitement bien. Et trouvez une institution française qui ne soit pas perfectible ! Ce qui m’intéressait avant tout, c’était d’aller à contre-courant des traitements médiatiques hâtifs ou biaisés sur Pôle emploi, qui vont chercher du spectaculaire ou emploient des méthodes très discutables. Je voulais vraiment m’insérer dans un quotidien, dans un système. Je ne voulais surtout pas une agence où j’étais susceptible de filmer des violences physiques, des agressions, ou des agences déjà traumatisées par des évènements graves ayant eu lieu peu auparavant (prise d’otage, suicide, menaces...). Car cela met le spectateur dans la situation inconfortable et malsaine de voyeur : le spectateur, dans ce cas-là, est au spectacle. J’avais en tête la petite musique de Bourdieu quand j’ai commencé à tourner : « Le fait divers fait diversion ».

Quelle a été votre méthode de travail, pour préparer le film ?

Entre l’automne 2010 et l’été 2012, j’ai visité une trentaine d’agences en Ile-de-France, seule, et je discutais avec les gens qui y travaillaient, les usagers, j’observais. Je me suis entretenue avec des salariés de Pôle emploi à différents niveaux hiérarchiques et d’ancienneté qui ont témoigné sur leur métier et sur l’institution. Et puis je suis passée par les étapes d’enquêtes classiques : la lecture d’ouvrages et de thèses en sociologie sur Pôle emploi, les témoignages des ex-directeurs de Pôle emploi, les blogs, les publications des syndicats, tout le matériel de communication interne et externe de Pôle emploi...Mais ce que je privilégie avant tout, c’est l’observation de terrain, mon intuition et mon analyse personnelles.

Ce travail a été absolument indispensable pour m’orienter dans le labyrinthe Pôle emploi, pour me faire accepter par les gens de l’agence et ne serait-ce que pour comprendre le langage qu’ils parlent. Les employés de Pôle emploi usent d’un dialecte spécifique constellé de sigles et travaillent selon un planning très cryptique pour toute personne étrangère aux services. Pour concevoir mes journées de tournage sur les lieux et surtout pour comprendre les enjeux de tel échange ou de telle réunion, il fallait que je possède ces clefs d’entrée.

FICHE TECHNIQUE

- Titre original : Pôle emploi, ne quittez pas !
- Année de production : 2013
- Pays de Production : France
- Durée : 78 minutes
- Format de tournage : AVCHD-16/9 - Couleur
- Son : 5.1
- Un film écrit et réalisé par : Nora Philippe
- Image : Cécile Bodénès
- Son : Matthieu Perrot
- Montage : Anne Souriau
- Montage son & mixage : Jocelyn Robert
- Musique originale : Marc Marder
- Etalonnage : Eric Salleron
- Génériques : Clément Le Penven
- Assistante montage & conformation : Céline Canard
- Production : Gloria Films – productrice : Maud Huynh
- Coproduction : Les films de l’air / LCP-Assemblée nationale
- Avec la participation du Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Délégation à l’information et à la communication (DICOM), du Centre National de la Cinématographie et de l’image animée et le soutien de la PROCIREP- Société des Producteurs et de l’ANGOA
- Distribution : DOCKS 66

BIO-FILMOGRAPHIE

Née en 1982, Nora PHILIPPE a réalisé des documentaires à thématique culturelle et artistique (notamment Les Ensortilèges de James Ensor en 2010, Etoile de la SCAM 2011, diffusé sur Arte, la VRT, la RTBF) et produit des documentaires de création et des longs-métrages au sein de la société Les films de l’air. Egalement auteure et vidéaste, elle enseigne la réalisation et la production dans plusieurs universités et écoles d’art (Sciences-Po Paris, Arts-Décoratifs, Beaux-Arts de Cergy). Pôle emploi, ne quittez pas ! est son premier film pour le cinéma.

Plus d’informations
www.poleemploinequittezpas.com
www.facebook.com/poleemploinequittezpas
www.twitter.com/PENQP

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

1 vote

Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux