Près d’un salarié sur deux travaillerait plus temporairement sans hausse de salaire en cas de difficultés financières de l’entreprise

Rémunérations / Pouvoir d’achat / Traitements / indemnisations
> Près d’un salarié sur deux travaillerait plus temporairement sans hausse de salaire en cas de difficultés financières de l’entreprise

Publié le lundi 19 septembre 2016

Alors que les 35 heures restent la durée légale du travail en France, les aménagements successifs du temps de travail ont rendu cette durée relativement théorique pour les salariés. Plus d’un salarié à temps plein sur deux (55,9 %) a ainsi une durée hebdomadaire du travail égale ou supérieure à 36 heures d’après son contrat de travail, selon l’étude Randstad Award qui a interrogé 5 958 salariés à temps plein âgés de 18 à 65 ans [1]. En comptant les heures supplémentaires, la part des salariés travaillant 36 heures ou plus par semaine monte à 71,9 %. Conclusion : la grande majorité des salariés à temps plein en France travaille donc chaque semaine bien au-delà de 35 heures. Par ailleurs, l’étude a sondé les salariés sur leur attitude en cas de dégradation de la conjoncture. Si leur employeur rencontrait des difficultés économiques, seraient-ils prêts à travailler plus sans gagner plus ? Réponse pour le moins inattendue. Alors que le peu d’entrain pour les accords de maintien dans l’emploi (AME) pourrait présager d’une réponse largement négative, près d’un salarié sur deux (48,3 %) accepterait, temporairement, de travailler davantage sans hausse de salaire. L’amorce d’un changement de mentalité ?

« Alors que les 35 heures sont devenues un point de fixation du débat économique en France, les uns mettent en avant les créations d’emploi et le meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, les autres dénoncent leur coût financier et leur effet relatif sur l’emploi. Mais les 35 heures ont en réalité valeur de symbole pour les salariés étant donné qu’une très grande majorité d’entre eux (70 %) travaille bien au-delà, en raison notamment des heures supplémentaires. De quoi alimenter la discussion sur leur seuil de déclenchement », commente François Béharel, président du groupe Randstad France, membre exécutif du Conseil d’administration de Randstad holding.


Voir en ligne : En savoir plus ?

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer


[1Etude réalisée entre septembre et décembre 2015 sur la base de questionnaires administrés en ligne par l’institut d’études indépendant ICMA Group auprès d’un échantillon représentatif de 5 958 salariés à temps plein, âgés de 18 à 65 ans.

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux