Prisons : un quart des détenus en France relèveraient de l’hospitalisation et non de la détention

Santé, social, solidarité nationale
> Prisons : un quart des détenus en France relèveraient de l’hospitalisation et non de la détention

Publié le jeudi 12 octobre 2017

Selon l’Observatoire international des prisons, près de 17 000 détenus en France "présentent des troubles et maladies psychiatriques". Des cas relevant de l’hospitalisation.

Environ 17 000 détenus, sur près de 70 000 personnes incarcérées en France, "relèveraient de l’hospitalisation et non pas de la détention". C’est le constat sans appel que fait François Bès, coordinateur de l’Observatoire international des prisons : "plus d’un gros quart des détenus présentent des troubles et des maladies psychiatriques graves."

Et ce chiffre est en constante augmentation car "le nombre de personnes déclarées irresponsable a été divisé par dix en vingt ans, précise François Bès. D’où l’engorgement des prisons avec des personnes qui sont malades psy." La présence de médecins en prison expliquerait en partie ce phénomène des deux dernières décennies selon Cyrille Canetti, psychiatre qui travaille depuis plus de vingt ans en milieu carcéral : "l’organisation des soins en prison a fait en sorte qu’on se dise qu’on peut les y mettre puisqu’il y a des soignants" dit-il.


Voir en ligne : France Inter du 17/08/17 par Hugo Charpentier

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux