Quand la compassion rend malade

Conditions de travail, sécurité et maladies professionnelles
> Quand la compassion rend malade

Publié le mercredi 21 juin 2017

La compassion est une qualité attendue des personnels de soins. On attend qu’ils fassent preuve de sollicitude envers les gens dont ils ont la charge. Mais à force d’être appelée, elle use et fragilise aussi les personnels.

« Bien sûr, il y a tous ces bouts de chou qui viennent nous dire au revoir, un jour. On les a eus pendant des mois, parfois un an ou deux ; on les a vus aller mieux, ou rechuter. On les a entendus rire, jouer, pleurer. Mais au final, ils rentrent chez eux. Ceux-là, ils sont guéris, c’est normal. Au début, ils étaient mon rayon de soleil : quand ça n’allait pas, je pensais à eux et je me disais, c’est normal, c’est à ça que tu sers. Mais là, j’ai du mal. Parce qu’il faut bien l’avouer, on ne les guérit pas tous. On a beau se battre, au début on y croit tous, on se bat ensemble, eux et nous, les soignants. Mais on les sent partir, et on sait qu’eux, ils ne reviendront pas. C’est affreux, on peut rien y faire. Évidemment, on est formées pour ça, gérer la douleur, soutenir les parents…


Voir en ligne : Sciences Humaines du 02/05/17 par Philippe Zawieja

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux