Qui veut la mort des MJC ?

Education populaire, citoyenneté, sport
> Qui veut la mort des MJC ?

Publié le mercredi 8 février 2017

Les Maisons des jeunes et de la culture, indispensables lieux de vie et d’éducation populaire, sont condamnées à s’entendre avec les villes, mais que se passe-t-il quand un maire n’en veut plus ? A Sens, deux camps s’affrontent.

C’est une histoire affligeante, qui ne bouleverse pas la France, juste la ville de Sens. Mais elle se répète partout dans le pays, donc parlons-en. C’est vrai, elle est plus violente ici, avec deux camps qui s’affrontent, comme dans un western. Dans cette ville de l’Yonne de 25 000 habitants, plus tournée vers Paris que vers la Bourgogne, il existe depuis 1971 une Maison des jeunes et de la culture (MJC). Pas un théâtre prestigieux labellisé par l’Etat, mais pas un cabanon non plus. Un gros corps de bâtiment sur 1 500 mètres carrés, dont une salle de spectacles de 150 places, La Fabrique, 19 salariés, un budget de 800 000 euros, 120 heures de cours dispensés par semaine à plus de 1 000 adhérents âgés de 3 à 87 ans – danse, arts plastiques, théâtre, chant, guitare, yoga, etc. Ajoutons un festival du court-métrage (CLAP 89), des expositions, des animations, des actions pour accompagner les jeunes dans leurs projets…


Voir en ligne : Le Monde du 20/01/17 par Michel Guerrin

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux