Réforme du droit du travail : une nouvelle opportunité de dynamiser le dialogue social au service de l’emploi

Confédération Française des Travailleurs Chrétiens
> Réforme du droit du travail : une nouvelle opportunité de dynamiser le dialogue social au service de l’emploi

Publié le mercredi 9 septembre 2015

La CFTC accueille avec un esprit d’ouverture les annonces faites hier par le Président de la République concernant la réforme du droit du travail. Si l’objectif visé consiste à accélérer l’embauche, pérenniser l’emploi existant et consolider la compétitivité au moyen d’un droit plus adapté à la réalité des entreprises et sans que cela se fasse au détriment des salariés, alors la CFTC sera force de proposition. Syndicat de construction sociale, elle voit dans le renforcement de la négociation collective de branche et d’entreprise la concrétisation du principe de subsidiarité indissociable de son histoire et de ses valeurs.

L’élargissement des possibilités de déroger par la négociation à la règle devra cependant s’inscrire dans un cadre dont les piliers ne sauraient être négociables. Parmi ces piliers, la durée légale du travail, le SMIC ou encore les règles d’ordre public en matière de sécurité et de santé au travail qui relèvent des principes constitutionnels. Plus largement, c’est aussi à l’ensemble des normes internationales qu’il ne saurait être question de déroger. En termes de méthode, les accords dérogatoires de branche, comme d’entreprise, devront nécessairement être majoritaires, c’est-à-dire signés par une ou plusieurs organisations syndicales ayant obtenu plus de 50 % des voix aux élections d’entreprise.

La notion même de dérogation suppose la préexistence de règles. Si, de ce point de vue, la CFTC conçoit l’utilité d’alléger le Code du travail, elle veillera à ce qu’« allègement » ne rime pas avec « affaiblissement ». Loin d’affaiblir les droits des salariés, la CFTC voit dans le renforcement de la négociation collective de branche et d’entreprise, l’occasion de dynamiser le dialogue social au bénéfice des salariés. Ainsi et quel que soit le niveau de négociation, toute nouvelle dérogation à la norme supérieure devra trouver sa compensation dont la nature et l’objet varieront selon les spécificités de branches, d’entreprises et selon leur dynamique sociale. Il peut s’agir d’embauches, de consolidation de droits existants (formation, prévoyance...) ou encore de droits nouveaux. Le premier de ces droits nouveaux pourrait d’ailleurs
figurer dans le futur projet de loi.

La CFTC préconise ainsi une provision pour sécurisation sociale. En contrepartie des nouvelles possibilités de déroger à la norme supérieure par accord et dans la limite des droits fondamentaux, il s’agirait pour les entreprises de provisionner le risque que ces mêmes dérogations peuvent occasionner pour l’emploi (quantitativement et qualitativement). Cette provision conduisant à neutraliser financièrement ce risque, et à sécuriser socialement le parcours du salarié.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Laetitia Barthelemy (CFTC)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux