Rencontres ministérielles : faire de l’apprentissage une voie d’excellence !

Confédération Française des Travailleurs Chrétiens
> Rencontres ministérielles : faire de l’apprentissage une voie d’excellence !

Publié le mercredi 6 mai 2015

À l’occasion des deux rencontres organisées le 7 et le 12 mai par le ministre du Travail et le Premier ministre avec les partenaires sociaux pour booster l’apprentissage, la CFTC, syndicat des apprentis, compte bien se faire entendre ! Depuis de nombreuses années, la CFTC fait part de ses propositions afin d’améliorer le quotidien des apprentis et redorer l’image de l’apprentissage souvent considéré à tort comme une voie de garage, notamment dans les secteurs tendus. Lors de ces deux événements, la CFTC proposera quatre axes de réflexions.

Dans le cadre de la dynamisation de l’apprentissage dans les très Petites Entreprises (exonération de charges), la CFTC demande à ce que les apprentis des TPE, bénéficient des mêmes droits que les salariés des grandes entreprises (œuvres sociales comme ticket restaurant, chèque vacances...) et que les étudiants (hébergement, transport, tarifs réduits...). Afin de renforcer l’attractivité de certains secteurs, un effort supplémentaire doit être accordé pour l’achat des fournitures (livres, outils, équipement de sécurité...).

Autres propositions : renforcer la formation des maîtres d’apprentissage, faire évoluer l’image de cette voie d’excellence et lutter contre les ruptures de contrat d’apprentissage. La CFTC souhaite le renforcement à la fois de la formation des maîtres d’apprentissage et leur contrôle afin d’assurer une formation optimale. Concernant les entreprises qui auraient recours aux contrats en alternance comme un apport de main-d’œuvre qualifiée, bon marché, sans contrepartie pédagogique, la CFTC souhaite qu’elles soient sanctionnées. Enfin, l’apprentissage est encore trop souvent associé à l’échec scolaire, comparé à une voie de garage, et est souvent synonyme de métiers peu valorisants notamment dans les secteurs tendus. Afin de redorer son image, la CFTC préconise également de :
- Favoriser la mise en relation des entreprises avec les jeunes et leurs parents ;
- Permettre et faciliter l’accès aux filières supérieures dans le cadre d’un parcours réussi ;
- Valoriser les métiers concernés à travers une communication efficace des professionnels des secteurs. La CFTC propose que les chambres patronales promeuvent l’apprentissage auprès de leurs adhérents et que l’Éducation nationale, en lien avec les professionnels, assure une meilleure information auprès des chefs d’établissements, des professeurs et des parents d’élèves.
- Ouvrir l’apprentissage sur métiers de demain (filières d’avenir) ;

La lutte contre les ruptures de contrat d’apprentissage doit également constituer une priorité. On compte actuellement 25 % de décrocheurs en cours de contrat, avec 10% dans la métallurgie, 23% dans le commerce et 37% dans l’hôtellerie-restauration. Il suffirait de réduire ce taux pour quasiment atteindre l’objectif de 500 000 jeunes en alternance en 2017. Afin d’y parvenir, la CFTC souhaite notamment améliorer la qualité de l’orientation sur ces filières. Les développeurs de l’apprentissage et les Conseils en évolution professionnelle (CEP) sont en mesure d’y répondre.

Enfin, la CFTC souhaite le développement de l’apprentissage dans la fonction publique. À l’heure actuelle, le secteur public n’a accueilli que 2,5 % des apprentis en 2013. Toutes les propositions ci-dessus peuvent s’appliquer à ce secteur afin de parvenir à l’objectif fixé par le Président de la République, d’accueillir 10 000 nouveaux apprentis d’ici à 2017 dans la fonction publique d’État.

Booster l’apprentissage à travers le pacte de responsabilité ! Depuis la mise en place du pacte de responsabilité, plusieurs branches et certaines fédérations CFTC ont conclu des accords permettant de relancer l’apprentissage. Qu’elles soient quantitatives ou qualitatives, des initiatives ont été prises, et la CFTC souhaite que le patronat s’engage au travers de ce dispositif. Fait marquant, dans la restauration rapide, patronat et syndicat se sont engagés à intégrer l’apprentissage dans un secteur qui n’y a jamais recours. Dans les assurances, au-delà des promesses chiffrées, 20 % des jeunes embauchés en contrat de professionnalisation ou d’apprentissage accèderont à un CDI. Dans les matériaux de construction, une décision a été prise concernant le rôle et les compétences du maître d’apprentissage. D’autres branches se sont investies à travers le pacte de responsabilité (voir exemple en pièce jointe). La CFTC en appelle donc à l’implication du patronat pour concrétiser le renforcement de l’apprentissage dans tous les secteurs.

Enfin concernant l’élargissement de la prime d’activité aux apprentis, l’idée semble louable pour la CFTC. En revanche, dans un contexte de relance de l’apprentissage pour former 500 000 apprentis d’ici à 2017, et dans le but de réussir l’insertion professionnelle de toute la jeunesse, la CFTC attend autre chose pour les apprentis. La valorisation de l’apprentissage et des filières concernées passe par une rémunération juste des apprentis : c’est ce que la CFTC portera dans les jours à venir.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Laetitia Barthelemy (CFTC)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux