Résultats de l’enquête UNML/ANGC : pourquoi encourager l’esprit d’entreprendre des jeunes peu qualifiés ?

Union Nationale des Missions Locales
> Résultats de l’enquête UNML/ANGC : pourquoi encourager l’esprit d’entreprendre des jeunes peu qualifiés ?

Publié le jeudi 24 octobre 2013

Le 10 octobre dernier, l’UNML et l’ANGC ont organisé un colloque national avec la participation des
Missions Locales et Associations régionales qui ont contribué à l’étude lancée en juin 2013, sur les
attentes des jeunes et les pratiques des Missions Locales en matière d’esprit d’entreprendre. Voici les
principaux enseignements.

L’esprit d’entreprendre : un espace ouvert pour les
jeunes et les Missions Locales

L’étude constate une forte appétence des jeunes
accompagnés par les Missions Locales pour la mise
en place de projets et pour l’entreprenariat : 74%
considèrent que monter des projets est stimulant, 43%
ont déjà imaginé créer son entreprise
Par ailleurs, plus d’1/4 des jeunes a déjà participé à
une activité associative ou bénévole. L’impact du
diplôme ou de l’origine sociale a des effets limités par
leur engagement.
Le passage de l’idée à la mise en pratique reste
difficile pour les jeunes
Ils considèrent que la confiance en soi est essentielle,
mais ils en manquent et dévalorisent des qualités telles
que celles d’être débrouillard ou avoir l’esprit d’équipe
qu’ils reconnaissent avoir.
Les jeunes ont besoin d’un espace d’écoute pour
laisser émerger leurs aspirations, idées et projets mais
seuls 18% de ceux qui ont un projet voient la Mission
Locale comme un de ces espaces possibles. En effet,
ceux qui en parlent à leur Mission Locale se sentent
écoutés et soutenus.

Accompagner les jeunes sur l’esprit d’entreprendre
interpelle les pratiques des Missions Locales
Au-delà du vocabulaire de l’entreprenariat qui ne
parle pas toujours aux jeunes ou aux conseillers, les
Missions Locales sont très sensibles à la démarche car
elle les renvoie à leur cœur de métier : partir des projets
des jeunes, les considérer comme des ressources pour eux-mêmes et pour le territoire, accompagner les
jeunes dans un mode projet et une approche globale
visant à l’autonomie sans s’enfermer dans une logique
exclusive d’insertion socio-professionnelle.
La préoccupation des directions et des équipes est
de travailler sur l’esprit d’entreprendre en développant
une action complémentaire et non en concurrence des
intervenants sur le champ de la création d’activité sur
leur territoire.

Jean-Patrick Gille : "une
opportunité pour le réseau"
Le Président de l’UNML est
intervenu lors de la table-ronde
"Pourquoi encourager l’esprit
d’entreprendre des jeunes peu
qualifiés ?" a tenu a souligner les points suivants :

"Les Groupements de Créateurs croisent le projet et
les pratiques professionnelles des Missions Locales,
dans l’intérêt des jeunes, et c’est pour cela que l’UNML
soutient la démarche d’essaimage. Cette étude et
ce colloque sont pour l’UNML un préalable car ils
permettent de réaliser un diagnostic partagé partant
des jeunes et des Missions Locales.

Ces premiers résultats nous confortent dans l’idée qu’il
s’agit plus globalement d’une opportunité pour le réseau, à
adapter aux territoires et aux organisations locales. Sans
modéliser ou systématiser les groupements dans chaque
Mission Locale, les Groupements de Créateurs sont
une méthode structurée, expérimentée et adaptée aux
Missions Locales, sur laquelle elles peuvent s’appuyer.

En contre-partie, cela nécessite une reconnaissance
par les financeurs qui portent les politiques publiques
nationales et régionales, pour que ces démarches ne
soient pas considérées comme marginales mais bien au
cœur de l’action des Missions Locales. C’est dans ce
sens que nous avons formulé une proposition conjointe
avec l’ANGC auprès du cabinet du Ministère délégué
à la Ville consistant à développer les groupements de
créateurs dans les quartiers populaires. Nous souhaitons
également poursuivre le travail entamé avec la DGEFP
dans le cadre des assises de l’entreprenariat, et dans
le cadre de l’Initiative pour l’emploi des jeunes qui
considère la création d’activité comme un axe prioritaire.

C’est déjà le constat que nous faisons au sein de l’Institut
Bertrand Schwartz au travers de la recherche-action
collective Agir pour et avec les jeunes sur le territoire, qui
montre la puissance de l’écoute des professionnels, en
soutien aux projets et initiatives individuelles ou collectives
des jeunes comme vecteur d’insertion, mais qui révèle
également à quel point il est difficile de faire reconnaître
et financer un accompagnement souple, individualisé,
dont toutes les étapes ne peuvent par nature pas être
définies à l’avance car elles partent du ’projet’."

La méthode de l’étude

Une enquête par questionnaire auprès de 1788 jeunes accompagnés
par les Missions Locales.

22 Missions Locales ont participé à cette enquête. Il s’agit de Missions
Locales qui se sont portées volontaires. Cet échantillonnage est à
prendre en compte dans l’interprétation des résultats de l’étude (dans
l’intérêt porté à l’esprit d’entreprendre par les Missions Locales).
Elles sont situées dans 7 régions : Auvergne, Champagne-Ardenne,
Languedoc-Roussillon, Lorraine, Nord Pas-de-Calais, PACA, et Poitou-Charentes. Le questionnaire a été diffusé par le biais des conseillers ou
des chargés d’accueil à environ 100 jeunes pour chaque Mission Locale.
Des entretiens auprès de 10 Missions Locales.

Il s’agit de Missions Locales qui ont participé à l’enquête auprès des
jeunes, situées dans 6 régions différentes.
Pour chaque Mission Locale, des entretiens ont été menés auprès de
l’équipe de direction, et d’un groupe de conseillers.

Proposition d’action dans le cadre du "Plan Entrepreneuriat
Quartiers" - Ministère de la Ville

Cette proposition s’inspire de la mesure n°3 élaborée par le groupe
de travail n°1 animé par Philippe Hayat dans le cadre des Assises
de l’entrepreneuriat. Elle pourrait être déclinée dans le cadre d’une
convention tripartite entre le Ministère de la Ville, l’UNML et l’ANGC.

- Axe 1 : Susciter l’expression des idées et des projets d’entrepreneuriat des
jeunes
- Axe 2 : Accompagner les jeunes à l’émergence de leurs projets
- Axe 3 : Permettre aux jeunes peu ou pas qualifiés d’acquérir les
compétences nécessaires pour créer ou gérer une activité de type TPE
ou association.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux