Santé mentale : « il faut inscrire ces actions dans la durée, avec un pilotage cohérent et un financement pérenne » (Amilaura)

Union Nationale des Missions Locales
> Santé mentale : « il faut inscrire ces actions dans la durée, avec un pilotage cohérent et un financement pérenne » (Amilaura)

Publié le jeudi 17 novembre 2016

Auparavant référente santé en Mission Locale, Muzafera Muratovic est coordinatrice Santé-Handicap pour l’URML Rhône-Alpes depuis deux ans (aujourd’hui Amilaura, suite à la fusion des deux ex régions Auvergne et Rhône Alpes). Elle revient sur les principes de l’action dans le champ de la santé mentale et sur les négociations en cours pour obtenir des financements et un pilotage à la hauteur de l’enjeu.

Voyez-vous une évolution des problèmes rencontrés par les jeunes en matière de santé mentale ?

Les psychologues et/ou les référents de santé font effectivement état d’une inquiétude grandissante sur la question de la souffrance psychique des jeunes qui se base sur une classification qui leur est propre et qui est publiée chaque année dans le bilan annuel d’activité des psychologues. Ce qui ressort le plus, ce sont les symptômes dépressifs, puis les comportements de retrait social et l’isolement ; et en troisième position, les conduites addictives.


Voir en ligne : La suite de l’article...

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux