Sondage Apprentis d’Auteuil / BVA Présidentielle 2017 : la voix de la jeunesse

Fondation des Apprentis d’Auteuil
> Sondage Apprentis d’Auteuil / BVA Présidentielle 2017 : la voix de la jeunesse

Publié le mardi 13 décembre 2016

A l’occasion de la publication de son livre blanc « Prendre le parti des jeunes » le
mercredi 7 décembre 2016, Apprentis d’Auteuil révèle les résultats d’une enquête
BVA sur les jeunes et la politique, à quelques mois de l’élection présidentielle.

A RETENIR :
- Seuls 43% des jeunes déclarent être certains d’aller voter à l’élection présidentielle.
- 65% estiment que les hommes et les femmes politiques ne tiennent pas compte
de leur avis, dont 76% l’expliquent par des personnels politiques trop éloignés de
leur quotidien.
- 39% proposent l’installation d’un représentant des jeunes à l’Elysée
pour que le Président de la République prenne davantage en compte leur avis.
- 58% attendent du futur Président qu’il agisse prioritairement pour l’insertion sociale
et professionnelle des jeunes.

Des jeunes engagés ? Oui, mais pas en politique
45% des jeunes se disent actuellement engagés, dont 31% activement. Ces engagements sont essentiellement personnels ou étroitement liés à leur vie quotidienne :
- 32% sont engagés dans des associations (dans le domaine du sport, de l’environnement ou de la culture) et 22% au sein de leur établissement scolaire (école, collège, lycée ou université). Arrive ensuite l’engagement solidaire, au sein d’une association caritative, pour 12% des jeunes interrogés.
La politique apparaît comme le parent pauvre de l’engagement pour les 17-24 ans :
seuls 9% sont en effet engagés dans un parti ou groupement politique (dont 3%
activement) et 7% dans les syndicats (dont 2% activement).
Pour développer l’engagement de la jeunesse, les 17-24 ans attendent du
concret. 48% proposent d’inscrire des activités favorisant l’engagement (travaux
pratiques, méthodologies...) dans les programmes scolaires. 40% souhaitent aussi que
l’engagement associatif soit mieux valorisé dans les parcours professionnels, notamment dans les CV.
Cause ou conséquence de leur faible engagement, seuls 13% d’entre eux estiment
que les jeunes sont suffisamment représentés en politique (dont 3% tout à fait) ;
alors que 54% pensent que c’est le cas dans les conseils d’école et 53% dans le milieu
associatif. Entre jeunes et politiques, le lien semble donc bien fragile à quelques mois de la présidentielle.

Les jeunes et la politique, un lien qui s’effrite ?
Si une petite majorité de jeunes estime que les candidats à l’élection présidentielle
parlent de sujets qui les préoccupent (60%, dont 10% beaucoup et 50% un peu), une
grande majorité ne se sent pas entendue. 65% pensent en effet que les hommes et les
femmes politiques ne tiennent pas compte de leur avis (dont 48% rarement et 17%
jamais).
Les raisons ? Le fossé qui sépare les jeunes et leurs aînés, en particulier les politiques. 76% des jeunes déclarant ne pas être écoutés pensent que les hommes et femmes politiques sont trop éloignés de leur quotidien, 37% que les adultes ne font pas confiance aux jeunes.
Par conséquent, les jeunes ne comptent plus sur les leaders politiques ou les partis pour les représenter et porter leurs idées dans le débat public. De nouveaux porte-paroles s’imposent : les blogueurs, youtubers et les influents de la twittosphère (34%), les associations qui œuvrent pour les jeunes (25%) ou les mouvements citoyens (22%). Les traditionnels mouvements de jeunesse des partis politiques n’arrivent qu’en
cinquième position, avec 21% de citations ; les hommes et les femmes politiques en dernière position avec 8%.

La présidentielle, de vraies attentes pour la jeunesse
Seuls 43% des jeunes se déclarent à ce jour certains d’aller voter... mais seuls 8%
l’excluent catégoriquement. Le divorce entre les jeunes et la politique n’est pas prononcé. Aux candidats d’arriver à les mobiliser !

La prise en compte de leur parole :
Pour mieux prendre en compte leurs idées, les jeunes attendent un renforcement du lien avec les politiques, et plus précisément avec le Président de la République. 40%
proposent l’instauration de réunions mensuelles dans des lieux de scolarité et formation avec le président, afin qu’il puisse échanger avec les jeunes directement. 39% souhaitent installer un représentant des jeunes à l’Elysée - qui serait élu par les jeunes eux-mêmes. Autres solutions citées : l’intervention systématique de jeunes dans les émissions politiques (36%) ou la parité jeunes / « vieux » - à l’image de la parité hommes/femmes – sur les listes électorales (29%).

La prise en compte de leurs priorités :
Les jeunes attendent du futur Président de la République des actions pour l’avenir de la
jeunesse. Leur priorité : la lutte pour l’insertion des jeunes dans le monde du travail
(58%). Viennent ensuite la lutte conte l’échec scolaire (29%), la lutte contre la pauvreté
chez les jeunes (28%) et un meilleur accès au logement (24%).

« Prendre le parti des jeunes » aux Editions de l’Atelier
Cet ouvrage a été construit et rédigé à partir des constats formulés par les jeunes et les familles accompagnés par la fondation sur les sujets qui les préoccupent aujourd’hui : la famille, l’école, l’insertion et l’engagement dans la société.
Leur parole a été recueillie dans le cadre d’une grande démarche de concertation et a permis de faire émerger 20 propositions.


Voir en ligne : En savoir plus ?

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Florence Martin Paulmier (Apprentis d’Auteuil)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux