Stéphane Brizé : « Faire confiance au spectateur »

Chômage
> Stéphane Brizé : « Faire confiance au spectateur »

Publié le mardi 19 mai 2015

Dans la Loi du marché, Stéphane Brizé confronte la fiction et le documentaire, notamment en faisant jouer des comédiens non professionnels. Il réfléchit ici aux liens entre l’intime et le politique.

Stéphane Brizé concourt pour la première fois dans la compétition officielle à Cannes. Avec l’un de ses meilleurs films, qui, à l’entendre, marque un tournant dans sa façon de réaliser. La Loi du marché, en effet, a ce quelque chose de brut, de direct – à l’image même de son titre – qui s’impose comme une évidence. Mais, avant d’en venir à la Loi du marché, l’entretien a d’abord pris un tour personnel au sujet du film précédent du cinéaste, Quelques heures de printemps, qui voit un fils se confronter à une mère que la maladie va bientôt emporter. Et c’est par cette porte, celle des émotions et des affects, que Stéphane Brizé est entré, avec nous, dans son nouveau film.


Voir en ligne : Politis du 13/05/15 par Christophe Kantcheff

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux