Testament d’un travailleur du développement en ONG

Comité pour l’annulation de la dette du Tiers Monde
> Testament d’un travailleur du développement en ONG

Publié le lundi 10 octobre 2016

Les ONG sont jugées à l’aulne d’une usine de production de boites de conserves, par Vincent Stevaux

Il y a une quinzaine d’années, alors que je travaillais dans le secteur privé, je ne trouvais pas de sens dans ce que je faisais, or j’en avais besoin. J’ai donc effectué une remise en question de mon activité professionnelle et, après plusieurs mois de réflexion, de rencontres, de formations, je me suis réorienté vers le monde de la coopération au développement et de l’humanitaire. Je suis alors parti dans le tiers monde afin de travailler au renforcement d’acteurs locaux et j’ai retrouvé du sens, de l’utilité, de la passion, le sentiment d’œuvrer concrètement pour un monde meilleur et d’apporter ma pierre à ce noble édifice qu’était le développement et la solidarité internationale.

De retour en Belgique après plus d’une décennie passée au Sud, je me suis plongé corps et âme dans la coopération belge au développement, l’éducation au développement, la formation et l’accompagnement d’organisations. Cinq années plus tard, je ne peux cacher que la désillusion pointe le bout de son nez.


Voir en ligne : La suite de l’article...

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux