Trois nouveaux co-DG à la tête de Coopaname : Luc Mboumba, Hélène Vandenbilcke et Noémie de Grenier

Coopaname
> Trois nouveaux co-DG à la tête de Coopaname : Luc Mboumba, Hélène Vandenbilcke et Noémie de Grenier

Publié le vendredi 21 novembre 2014

Après dix années de bons et loyaux services, Joseph Sangiorgio et Stéphane Veyer quitteront la co-direction générale de Coopaname le 18 décembre. Ils passeront le témoin à trois coopanamien.nes qui assureront une nouvelle co-direction générale : Noémie de Grenier, Hélène Vandenbilcke et Luc Mboumba.

Noémie de Grenier est âgée de 30 ans. Diplômée de l’IEP de Lille et de l’Université de Louvain-la-Neuve, elle a grandi à Blois et commencé sa vie professionnelle en Argentine, auprès de structures de développement local et d’entreprises récupérées. Embauchée en octobre 2008 à Coopaname (grâce à Ressources Solidaires !), elle devient la responsable de la coopérative en Seine-Saint-Denis, ainsi que la co-pilote de la commission recherche. Elle est administratrice de la coopérative de 2010 à 2013, et en charge des programmes d’éducation à la citoyenneté économique destinés aux jeunes en 2012-2013. Depuis un an, Noémie avait quitté ses fonctions salariées dans Coopaname pour notamment se consacrer à la musique et à l’action militante.

Hélène Vandenbilcke est âgée de 35 ans. Originaire de Dunkerque, elle est titulaire d’un DUT de techniques de commercialisation et a fait ses premières armes professionnelles dans le monde impitoyable du télé-conseil. Elle a rejoint Coopaname presque à sa création, en juillet 2004, en qualité de secrétaire administrative. Après une première pause maternité, Hélène prend la responsabilité de l’accompagnement dans l’établissement Paris-Est de la coopérative. En 2007, elle fonde et dirige Coopératifs !, la filiale de Coopaname dédiée aux services à la personne. Elle devient cogérante de Coopaname en 2008, puis membre du premier conseil d’administration, avant de reprendre des études de droit social et tricoter un deuxième enfant. Revenue à Coopaname en 2010, Hélène est depuis responsable des affaires sociales dans la coopérative. En parallèle, elle n’a pas cessé de suivre des études en formation continue au CNAM : certificat de compétences puis licence (encore en cours) en droit social, formation de dirigeant.e de coopératives au Cestes, responsable juridique. Après un troisième enfant en 2011, elle est redevenue administratrice de la coopérative en 2013 – le tout sans jamais louper un seul carnaval de Dunkerque.

Luc Mboumba est âgé de 27 ans. Né à Créteil mais ayant grandi en Ardèche, Luc est diplômé de l’IEP d’Aix-en-Provence et titulaire d’un Master en management interculturel et médiation religieuse. Recruté, comme Noémie, grâce à Ressources Solidaires, Luc a rejoint Coopaname en avril 2011 comme chargé d’accompagnement, avant de devenir responsable de la coopérative dans le Val-de-Marne et membre de la commission Vie démocratique. Elu au conseil d’administration en 2013, il a obtenu cette même année un Master en management et administration des entreprises à l’IAE de Paris en formation continue. Luc est par ailleurs conseiller municipal à Créteil.

Joseph Sangiorgio et Stéphane Veyer ne quittent pas Coopaname mais se consacreront à différents projets de recherche et développement, à échelle de la coopérative, de la Manucoop, ou au-delà.

Coopaname est une coopérative ouvrière issue du mouvement des coopératives d’activités et d’emploi dont elle est emblématique. Multi-activité et ouverte, Coopaname propose à tout travailleur, qu’elle soit graphiste ou rempailleur de chaises, consultante ou e-commerçant, développeur informatique ou magicienne, d’intégrer librement la coopérative, d’y apporter son savoir-faire et d’y développer de manière autonome une activité économique qui lui permettra de s’y constituer revenus directs et protections sociales. Ensemble, coopanamiennes et coopanamiens construisent une entreprise commune, démocratique et exigeante, afin de s’y donner collectivement le droit du travail, les sécurités, la formation professionnelle, la mutualisation de risques, les solidarités sociales dont ils ont besoin pour exercer leurs métiers selon les exigences de leur art, dans de bonnes conditions économiques, sociales, éthiques. Ni dépendants, ni indépendants, les coopérateurs inventent au quotidien un cadre original où le rapport au travail est fondé sur un lien social et non un lien de subordination (que cette dernière soit juridique ou économique) ou un rapport commercial. Créée en 2004, Coopaname rassemble à ce jour environ 700 personnes à divers stades du développement des activités économiques qu’elles animent, seules ou en groupes de coopérations.

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Guillaume Chocteau (Ressources Solidaires)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux