Uber, les gouvernances fantômes

Revue de presse de Ess toujours plus net
> Uber, les gouvernances fantômes

Publié le vendredi 5 mai 2017

Le mois dernier, Mike Isaac (@mikeisaac) pour le New York Times révélait l’existence de Greyball, un programme secret développé par Uber pour protéger ses chauffeurs en trompant des utilisateurs, et qui aurait été utilisé pour se jouer des autorités de contrôle ou permettre à ses chauffeurs d’éviter la police dans les villes où la société n’était pas la bienvenue (le programme ne serait plus utilisé depuis 2015, rappelle le Monde).

Fake world, true manipulation

Comme l’explique l’essayiste Nicholas Carr sur son blog, le principe de Greyball consistait à présenter une fausse carte (fake map) et des voitures fantômes à ceux qu’Uber identifiait, depuis leurs données personnelles, comme ses « opposants ». Pour Carr, derrière les questions éthiques et juridiques que ces révélations soulèvent, Greyball montre combien les représentations numériques fabriquent de la réalité, même si celles-ci se révèlent complètement fausses. À l’heure où les cartes, via la personnalisation, poursuivent des buts marketing plus que cartographiques, la carte n’est plus la carte. La carte des voitures fantômes d’Uber montre combien la représentation numérique du monde peut être manipulée.


Voir en ligne : Le Monde du 30/04/17 par Hubert Guillaud

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

L’ESS toujours plus NET(te) !

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux