Un don pour l’emploi Le Fonds Adie collecte des dons pour créer de l’emploi au cœur des quartiers

Association pour le Droit à l’Initiative Économique
> Un don pour l’emploi Le Fonds Adie collecte des dons pour créer de l’emploi au cœur des quartiers

Publié le mardi 19 avril 2016

Le Fonds Adie lance un appel à don pour financer le Projet Banlieues 2016-2018 de l’Adie.
A l’heure du chômage de masse, la situation est alarmante dans les banlieues, en particulier chez les jeunes. Confrontés à un CDI en voie de raréfaction et à une précarisation en hausse, les pouvoirs publics peinent à apporter des solutions nouvelles. Face à cette réalité, nombreux sont ceux qui choisissent la voie de l’entrepreneuriat et créent ainsi leur propre emploi. La création d’entreprise est une solution à la hauteur des enjeux, à condition de donner toutes leurs chances à ces nouveaux entrepreneurs.

Au cœur des mutations de société, l’Adie, association pionnière du microcrédit en France, contribue à créer 225 emplois par semaine en soutenant la création de micro-entreprises pérennes par des milliers de personnes pourtant exc
lues du marché du travail et des services bancaires.

Appel aux donateurs pour relocaliser l’emploi dans les banlieues prioritaires

Alors que la période de collecte des dons ISF débute, le Fonds Adie, fonds de dotation de l’Adie, cherche des financements pour le nouveau Projet Banlieues 2016-2018 auprès de donateurs et philanthropes soucieux de faire bouger les lignes du chômage. Les fonds collectés permettront de relocaliser l’emploi dans les territoires qui en ont le plus besoin. En développant l’entrepreneuriat dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), le projet favorisera l’insertion des publics les plus précaires : les chômeurs, les travailleurs pauvres, les plus de 50 ans, les femmes et surtout les jeunes sans expérience professionnelle dont le taux de chômage peut atteindre 40%.

Grâce à l’appui de ses mécènes, le Fonds Adie contribue au financement des services d’accompagnement que l’Adie propose gratuitement aux micro-entrepreneurs. Ce soutien est un facteur décisif dans la pérennité et le développement des activités. « Petit Poucet de la collecte des dons ISF [1], le Fonds Adie a besoin de 1.5 M€ pour financer l’accompagnement des micro-entrepreneurs du Projet Banlieues [2], et de dons supplémentaires pour financer son offre Mécène pour l’emploi. Le Fonds Adie répond aux attentes des "philantrepreneurs" : à la fois entrepreneurs et philanthropes, ces donateurs sont soucieux de l’impact de leur don et apprécient de savoir où va leur argent. Dans tous les cas, les donateurs au Fonds Adie peuvent bénéficier des réductions fiscales, y compris la réduction de 75% au titre de l’ISF. » - Catherine Monnier, Déléguée Générale du Fonds Adie.

Projet Banlieues Adie 2016 - 2018 : pour agir au plus près des besoins

Depuis sa création en 1989, l’Adie est présente dans les quartiers sensibles ou défavorisés, avec 117 antennes dans toute la France, dont 88 dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville.
L’association intensifie son action et vise à la création sur 3 ans de 1 000 micro-entreprises par des personnes en situation précaire habitant dans ces quartiers.
Pour atteindre cet objectif, l’Adie va resserrer son maillage territorial avec l’ouverture de 8 nouvelles antennes au cœur des quartiers. Afin d’accéder aux territoires les plus éloignés, cinq seront mobiles. Ces futures antennes seront situées à : Perpignan, Talence (Bordeaux), La Rochelle, Marseille, Evry et Cergy en région parisienne, Rennes et Montpellier.

Prochaines ouvertures à Perpignan (en avril) et à Bordeaux (avant l’été).

En se rapprochant des personnes les plus touchées par le chômage et la précarité, principalement les jeunes, l’Adie a la volonté d’identifier plus rapidement tous ceux qui sont motivés par la création de leur propre emploi via la création d’une micro-entreprise. Et de les accompagner dans la durée pour favoriser leur réussite.

L’ensemble du processus doit permettre à toutes ces personnes une réinsertion durable dans la vie active. Au-delà de la réintégration professionnelle de ces jeunes, le développement économique de leurs activités sur leur territoire d’habitation contribuera au maintien et à la redynamisation du tissu économique local.


Voir en ligne : En savoir plus ?

Vous avez apprécié cet article ? Soutenez Ressources Solidaires :

Participer


[1Le Fonds Adie est habilité à collecter les dons ISF pour le compte de l’Adie, association reconnue d’utilité publique. Il collecte et gère, par ailleurs, toutes sortes de dons, donations et legs auprès de particuliers notamment, mais également de fondations et PME

[2Budget global du Projet Banlieues Adie 2016-2018 : 10 millions d’€uros sur 3 ans

Notez cet article et partagez-le avec votre réseau

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sandrine Bonamy-Leiba (ADIE)

Mots clés

Ailleurs sur le site...

Proposer un contenu

Offres en cours

Postuler à une offre Diffuser une offre

Réseaux sociaux